Partagez | 
 

 Yggdrasia Hilaris - La Fleur d'entre les fleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryanne Hilaris

avatar


Masculin Messages : 372
Age : 26
Zénies : 3988 !

Données du Personnage
Power Level: 8 826 299
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

MessageSujet: Yggdrasia Hilaris - La Fleur d'entre les fleurs   Mar Mai 15, 2018 12:04 am

Yggdrasia Hilaris
"Le lierre meurt où il s'attache... alors autant faire en sorte qu'il ne s'accroche pas à un mensonge."
Nom de l'avatar || Source
"Mon nom est Yggdrasia Hilaris et je suis une Hamadryade de quelques petites années (pour un physique de 16 ans) ans. Mon principal défaut est la haine que je ressens pour ceux qui la méritent et ma qualité majeure est la gentillesse que j'éprouve envers ceux en qui je crois !"

   ► Prénom: Yggdrasia
   ► Nom: Hilaris
   ► Taille: Un mètre soixante-six.
   ► Poids: Quarante-cinq kilos.
   ► Planète d'origine: La Terre.
   ► Groupe : Aucun en particulier.
   ► But :  Protéger la nature (surtout sa nouvelle forêt!) et soutenir ses deux récentes amies.
  
L'apparence d'Yggrdrasia n'a de cesse d'évoluer, de changer. Cette dernière varie soit en fonction de ses humeurs, soit en fonction du lieu dans lequel elle se trouve. Lors de sa première confrontation avec Ryanne et Arcadia, l'Hamadryade, encore anonyme et innommée, s'est présentée sous une forme juvénile, nue dans sa quasi-totalité avec pour seul « vêtement » un cache-sexe composée de feuilles. Sa « longue crinière » était également constituée de feuillages roux - la couleur de ses fins sourcils également - qui contrastait sévèrement avec sa peau d'un vert pâle..
Enfin, transportée dans une autre forêt après avoir suivi Ryanne, Yggdrasia a fini par se familiariser avec cet autre lieu plus accueillant. Là-bas, elle a opté pour une enveloppe charnelle un peu plus mature que la précédente, au point de s'être inspirée de l'apparence d'Arcadia et de sa mère adoptive. Ainsi, quand elle daigne rarement se montrer aux yeux des curieux, l'Hamadryade aux yeux d'émeraude se présente sous une forme pré-adolescente, coiffée d'une couronne de fleurs colorées sur ses longs cheveux verts fibreux. Ceux-là, noués en deux longues queues de cheval, lui arrivent jusqu'aux genoux. Par souci de pudeur - recommandation de Ryanne elle-même! -, Yggdrasia porte une fine robe verte... qui lui recouvre à peine le haut des cuisses. Sachant que le concept de la culotte lui est totalement étranger, Eh bien... disons qu'elle en a involontairement fait fi. Ah ! Et elle se balade toujours pieds nus.
Description Physique


  
A l'origine, les Hamadryades sont de redoutables séductrices. La légende souligne leurs tendances libidineuses à attirer quantités de mâles dans leurs filets pour, après les avoir charnellement épuisé, leur dérober la vie dans l'ultime optique de nourrir leurs arbres de vie respectifs. Mais dans le cas d'Yggdrasia, née à partir d'un curieux mélange de science et de magie, c'est différent.
Ne dépendant pas d'un seul arbre grâce à sa collaboration mystique avec Ryanne, l'Hamadyade génétiquement modifiée ne s'est pas encore intéressée à pareilles pratiques. En outre, son âge peu avancé ne le lui permet pas - ce qui ne veut pas pour autant dire que les pulsions sexuelles propres à sa race ne s'éveilleront pas un jour futur.
Pour l'heure, Yggdrasia est davantage intéressée par la perspective de faire croître la forêt qu'elle habite en usant de ses seuls pouvoirs. Pour elle, ce lieu , devenu si luxuriant en un temps record, est un domaine sacré. Quiconque désireux de nuire à la tranquillité de ces bois subira les foudres d'Yggdrasia !
Par ailleurs, l'Hamadryade n'est pas imperméable à la panique. Ce sentiment-là peut la gagner très facilement ; elle éprouve une puissante révulsion pour les « hommes vêtus de noir », qui en sont justement la cause principale. Toutefois, être sur ses gardes la majorité du temps ne la dispense pas de se comporter gentiment avec le reste du monde. Yggdrasia, ce sujet d'expérience traumatisé, dispose d'un bon fond - fait reconnu par Arcadia dont l'empathie n'a d'égal que sa puissance.
En compagnie de Ryanne et d'Arcadia, l'Hamadryade sait parfaitement se montrer joviale, heureuse de vivre, patiente et heureuse ! Elle essaie constamment de ressembler à ses deux modèles, à ses deux sauveuses pleines de vitalité. Mais que ne vous vienne pas en tête l'idée de l'énerver, car ça pourrait barder pour votre matricule.
Description Mentale


  

Tu n'es encore qu'une jeune pousse, mon enfant, mais un jour tu deviendras la plus vigoureuse de toutes les plantes de ce monde ! Étaient les mots, maintes et maintes fois répétés, de son scientifique de père. De son créateur. De son seul proche assez aimable pour lui sortir des paroles aussi gentilles, alors qu'elle n'était effectivement qu'une toute petite fille à la peau vert pâle et à la chevelure inexistante. Un bout de créature totalement inoffensif et encore incapable de se mouvoir.
A cette époque-là, nul n'aurait vu en elle le potentiel d'une séductrice née et d'une redoutable gardienne de la nature. Celui d'une Hamadryade un peu spéciale. Celui d'une Hamadryade génétiquement modifiée, créée à partir de quelques résidus de végétaux inconnus, trouvés sur un sentier perdu et reculé de ce monde, exhalant un doux parfum de magie. Oui, une magie à peine perceptible par quelques rares initiés appartenant au groupe auto-nommé « La main du Façonneur ».
A cette époque-là... on ne la voyait que comme une plante en pleine croissance, pas encore comme une prometteuse créature de légende ! Alors qu'elle était encore en pot, ses pieds informes et noueux entortillés en un conglomérat de racines dans de la terre meuble, l'Hamadryade « vivait » recluse, illuminée les trois quarts de ses journée par une lampe chauffante. Les hommes en noir veillaient soit-disant à sa sécurité et ne lui adressaient jamais la parole - ils n'en avaient pas l’autorisation ni le droit - tandis que les individus en blouse s'occupaient principalement de son bien-être et de sa croissance rapide. Parmi ces derniers, un seul homme pouvait s'attarder en causette avec elle. Celui-là, elle l'appréciait à sa juste valeur, comme lui - elle y croyait dur comme fer! -, et avait donc appris à parler le langage humain en sa bonne et si précieuse compagnie.
Sa progression, sur le plan physique et intellectuel, fut telle que les supérieurs de l'aimé scientifique donnèrent à cet homme avisé le droit d'élargir ses recherches et de les éprouver dans un lieu plus approprié au mode de vie de sa digne création.

Regarde autour de toi, mon enfant ! Lui avait-il dit après l'avoir escortée, en compagnie de ces détestables hommes en noir stoïques, dans une splendide clairière où les rayons du soleil les dardaient de sa douce chaleur. Cet endroit est désormais tien. T'en voilà l'heureuse princesse. Alors fais-moi plaisir : prends-en grand soin comme nous avons pris soin de toi, et comme nous continuerons toujours à le faire.
Il avait souri. Un sourire empli de cette bonté paternelle, de cette éternelle gentillesse.
L'Hamadryade était aux anges dans ses Champs Élysées. Dans son petit paradis rien qu'à elle ! Aussi lui obéit-elle et, bien qu'enfin pourvue de jambes humaines, ne faussa jamais compagnie à la forêt. Chaque visite de son créateur, toujours caparaçonné de sa blouse blanche immaculée, la mettait en joie. Il était comme son père après tout, n'est-ce pas ?
Comme son père...
Les années s'écoulèrent. La Fille des Arbres fit son nid en ces lieux saints, produisant conformément à son instinct naturel, un arbre de plus en plus grand, de plus en plus robuste. Son arbre à elle. Sa création. Son protégé du jour, et son protecteur qui le deviendra à la fois.
Lors de sa dernière visite, son très aimé père lui avait ébouriffé ses longs cheveux roux - de somptueux feuillages - tout en la gratifiant de ces belles paroles :

Te voilà devenue une fleur épanouie, mon enfant ! Tu t'es ouverte au monde et le monde s'est ouvert à toi. Une Communion parfaite s'est établie entre vous. L'Arbre et toi ne faites plus qu'un. Je suis fière de toi, ma fille.
Il l'avait prise dans ses bras en une étreinte plus chaleureuse encore que la chaleur du soleil sur sa peau verte. Si bien qu'au fond d'elle, l'Hamadryade sentit une sensation peu commune, voire totalement inédite, se former en son cœur. Elle ne le savait pas encore - elle ne le sait toujours pas - mais son corps, pourtant encore jeune, commençait à éprouver une attirance d'une tout autre nature...
Cela ne l'empêcha guère de rayonner de fierté, bien que son sourire dénonçait une certaine timidité.
Cet événement poussa l'Hamadryade à développer ses capacités. Elle avait été également - et inconsciemment - poussé par ce scientifique qu'elle chérissait tant à suivre cette voie. Celle de l'évolution, de l’acquisition d'un contrôle quasi-absolu sur la végétation ambiante.
La Petite Fille de la Nature finit donc par devenir bien plus ! Sa magie grimpait les échelons, ses pouvoirs sur la nature grandissant à une vitesse prodigieuse. Là encore, dans sa grande naïveté, elle n'avait pas conscience d'avoir atteint un niveau tel qu'il la séparait de la prétendue incurable faiblesse des Hamadryades : à savoir leur arbre spécifique, le fameux gardien de leur vitalité et de leur longévité.
Le scientifique lui-même ne s'en doutait pas alors qu'il avait assisté - le plus souvent de visu - à son évolution.
Mais un beau jour ensoleillé...



...L'Hamadryade, toujours heureuse de se sentir autant aimée, alla encore plus loin. Elle étendit ses facultés jusqu'au domaine mental, élargissant et liant sa conscience à celle de tous les végétaux de la forêt, dans un rayon assez large pour lui permettre de sentir, d'entendre et de voir, n'importe quelle forme de vie à des kilomètres à la ronde. Elle était parvenue à développer et à dompter ce don baptisé « Écho Sylvestre ». Et ce fut après avoir laissé sa conscience cheminer dans les vastes alentours qu'elle épia accidentellement son créateur, en pleine communication satellite avec son donneur d'ordres, et le découvrit sous un tout nouveau jour :
Oui, elle sera bientôt prête... La pousse a fini par germer dans le bon sens... C'est une fleur docile, qui ne se lasse pas de mes flatteries... Comment, Seigneur Vulturès ? Vous voulez... que je la cueille et vous la ramène sans éveiller les soupçons ?... Hum, cela ne me paraît pas être une bonne idée. On ne peut pas la séparer aussi vite de son habitat naturel. Vous savez, elle et son précieux arbre... Pardon ? Une prime ?... Vous êtes sérieux ? Pareil montant !... Bien. C'est entendu.
Sa voix se fit dès lors plus sombre lorsque ses noirs desseins apparurent au grand jour :
Bientôt, ses pouvoirs sur notre environnement n'auront plus aucun secret pour vous, Façonneur. Je m'en vais de suite la convaincre de nous suivre pour que les prélèvements soient faits... Oui. Ça ne devrait pas être bien difficile, après tout. Ce petit ange-là, prisonnier de sa grande candeur, ignore tout de ce dont le Diable est capable... Vous ferez ensuite d'elle ce que bon vous semblera... A vos ordres, votre Éminence.
Il raccrocha ensuite... et ce fut son tout dernier coup de fil.
D'abord figée et incrédule, l'Hamadryade, abattue par la tristesse, finit par se noyer dans son chagrin. L'homme en qui elle avait une confiance absolue venait de se mettre en tête de la trahir ! Elle sentit son cœur se serrer dans sa poitrine et découvrit... la plus intense des peurs qu'elle n'ait jamais connue. Et cette-même peur se mua en un sentiment de révolte, de rage intense, qu'elle s'efforça de canaliser en elle avant le retour du Malin. L'Hamadryade ne manquait pas de jugeote malgré le marécage de folie dans lequel elle avait commencé à s'embourber : si le traître qu'elle admirait tant croyait ne pas avoir éveillé les soupçons jusqu'ici, alors elle ne comptait pas le prévenir de ci-tôt. Oh ! L'idée de tenter de raisonner cet homme si aimant, de le remettre sur le droit chemin, lui traversa l'esprit pendant de longues minutes... mais ce fut tout.
Quand le monstre à face paternelle pénétra dans sa clairière, l'Hamadryade le laissa s'approcher de quelque pas avant de le capturer vif, usant malhabilement de ronces acérées dans un élan de colère.
La blouse d'un blanc immaculée du scientifique se constella de tâche rouge depuis son revers intérieur alors qu'il balbutiait, le visage empourpré à cause de la suffocation :

Pou...Pourquoi... tant de colère, mon enfant ?...
L'Hamadryade, ses petits poings serrées le long de ses flancs nus, ne put retenir ses larmes devant ce visage anciennement humaine dénonçant un puissant sentiment de détresse. Mais la végétation contrôlée, impitoyable, tenait bon.
Alors elle lui rugit au nez :

J'ai tout entendu, figure-toi ! Lorsque tu téléphonais avec ce « Vulturès »... Et j'ai vu tes yeux ! Le regard des hommes en noir... ce regard mauvais, qui miroite de sombres dessins. J..J-je n'avais pas fait le lien jusqu'ici... mais j'ai fini par comprendre. L'enfant stupide et candide que je suis... s'est recouverte d'épines.
Le scientifique savait qu'il ne disposait plus d'aucune échappatoire. Quelque chose dans la fureur méconnaissable de « son enfant » l'en lui avait persuadé. Jamais cet homme ne l'avait vu si en colère !
L'appât du gain avait fini par avoir raison de lui, au final. Il était devenu aussi méchant et cruel que ses collègues de travail. Son amour pour l'Hamadryade s'était flétri.
Couvert de sang, sa bouche s'ourla en un sourire triste. Il leva une main fébrile vers l'Hamadryade :

S'il... te plaît... éructa-t-il. Ne fane... jamais, petite fleur.
La pression des liens dentelés le fit taire à jamais et l'Hamadryade, le visage strié de larmes, s'effondra sur les genoux. Rongée par la folie, elle s'efforça d'effacer de sa mémoire les paroles douces de la seule personne qui l'avait aimée. Son instinct d'Hamadryade, en contrepartie, émergea et lui intima de se servir de la dépouille du scientifique comme d'un engrais naturel pour son arbre-mère. Cet arbre gigantesque allait ainsi devenir sa précieuse forteresse contre les envahisseurs vêtus de noir qui, plus tard, mèneront une expédition en vue de la capturer...
Mais dans son intense confusion, L'Hamadryade alla encore plus loin : son pouvoir fit un nouveau bond et, en proie à de violents tourments, se propagea dans tous les bois, jusqu'au pied de cette interminable Tour où des vies humaines résidaient... et ou deux sources de magie mobiles avaient fini par faire leur apparition.
Cet instant-là fut le point de départ de sa rencontre avec Ryanne et sa fille, Arcadia.

(voir le Rp en question sur ce lien-ci : http://db-reborn.forumactif.com/t1576-qui-aurait-pu-s-attendre-a-cela-un-trouble-dans-la-magie-pv-arcadia)
Sans l'intervention de ces deux jeunes femmes, Yggdrasia n'aurait jamais été nommée, n'aurait jamais été comprise... et n'aurait jamais été libérée de cette partie sombre et envahissante de son âme, anciennement noyée dans la crainte d'un futur plus sombre encore.
Ça y est. J'ai trouvé ! s'était exclamée la magicienne joviale, à la couleur de cheveux si exotique. Désormais, tu t’appelleras Yggdrasia !
Yggdrasia ? S'était demandée la concernée, sceptique. Pourquoi ce nom-là ?
Ryanne lui avait aussitôt décoché un clin d’œil avant de lui répondre non sans préambules :
Parce que dorénavant tu fais partie de ma famille, que tu es donc devenue sacrée à mes yeux, et que tu vas continuer de fleurir jusqu'aux cieux au point de rendre jaloux l'arbre le plus beau et le plus grand de toute la Création ! Tu devenue ma Sœur des Bois, comme en a décidé le vilain bourgeon qui nous lie~ Toutes les deux, nous n'aurons de cesse d'évoluer !
Yggdrasia n'avait pas attendu pour avancer son avant-bras vert pâle afin qu'il s’entrechoque fraternellement avec celui, blanc et dénudé - la manche de sa toge s'était déchirée lors de leur précédente confrontation - , que lui avait présenté la magicienne .
Une nouvelle famille. Non pas un odieux mensonge.

Histoire du Personnage


  
HRP
Dans la réalité je suis...
► Pseudo(s) fréquent(s): ici ? Ryanne Hilaris~
   ► Tu as quel âge? 25 ans !
   ► Tu nous a trouvé où ? Paaaaaaaaaaartenariaaaaat et bouche-à-oreille ! =D
   ► Comment tu trouve le forum? Violet ! Tout ce que j'aime !
   ► T'as un autre compte? Lequel? C'est le même compte, espèce de nouille !
   ► T'as pas un truc à nous dire hein? Vous êtes... adorables !
   ► Code du règlement: Plus besoin de vous le souffler

  
Code de Frosty Blue de Never Utopia

_________________
- Thème de Ryanne -


----------- Level : 8 621 299 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 1 700 000 / Défense = 1 000 000 / Vitesse = 2 600 000 / Magie = 2 400 000 / Résistance magique = 1 126 299 -
Revenir en haut Aller en bas
 

Yggdrasia Hilaris - La Fleur d'entre les fleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE NAMAQUALAND/ AFRIQUE DU SUD
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Vin de fleurs de sureau
» [PRIORITAIRE] Petite Fleur [Ombre] - Femelle
» Lui dire avec des fleurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Avant RP :: Naissance des Guerriers :: Validées-