Partagez
 

 Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeSam Nov 24, 2018 1:13 pm

I – Mise en lumière.

Je m'étais levée à l'aube en vu du planning très serré que m'avait concocté le Maître. Jugeant bon de laisser Arcadia récupérer des événements de la veille, je fis bien attention à ne pas la réveiller. Prolonger sa nuit ne lui ferait pas de mal, bien au contraire ! De mon côté, il était impensable que je me le permette, puisque j'allais avoir un rôle important à jouer dans le rituel dont ma fille ferait l'objet.
La veille, Le Maître m'avait assurée qu'il m'enseignerait les « Arts Runiques », primordiales pour le bon déroulement du rituel à venir. Sans ce mystérieux savoir, ma présence deviendrait obsolète. Ceci en sachant bien sûr que le temps d'apprentissage que le Maître m'avait accordé pour assimiler parfaitement les runes dont nous aurons besoin était limité... L'angoisse !
Je ne suis vraiment pas fan des courses contre la montre.

Équipée en conséquence, c'est-à-dire avec ma toge rapiécée de part en part - merci à tous ceux que j'ai affronté jusqu'ici pour cette jolie collection de petits souvenirs ! - je me dirigeai d'un pas pressé en direction du lieu où mon mentor patientait... même si je doutais fort que c'était le cas ; le connaissant, je savais très bien que son temps libre partait dans les études profondes de la magie.
Oui, vous m'avez bien compris : le Maître ne se repose jamais !
Je me demande même s'il lui arrive de fermer l’œil la nuit...
Enfin bref ! Comme replongée dans le passé, trois années en arrière pour être plus précise, je foulai l'interminable tapis écarlate dans son tout autant inteeeeeeeerminable couloir. Rien n'avait changé ici-bas ! Les torches attachées aux murs brillaient d'un feu magique - aussi coloré que ma magie et mon Ki - et ne m'éclaboussaient le visage de leur lumière que lorsque je m'en approchais suffisamment.
Impossible de passer inaperçu avec un tel attirail de sorcier ! Sauf peut-être en recourant au Shunkan Ido pour ne pas avoir à suivre ce chemin. Pour ma part, je préférai ne pas en faire usage dans les présentes circonstances...
Comme je n'avais rien à me reprocher, je ne pouvais qu'admirer la beauté éthérée de cette rangée de flammes dansantes. Du moins jusqu’à ce que mes pas m'amènent à l'entrée du domaine, sous un porche soutenu par deux piliers cylindriques. Sous cette structure bien pratique, il y avait assez d'espace pour y entasser une bonne dizaine de personnes !
Dehors, une brume saine - contrairement à celle de la veille, j'entends - délimitait la visibilité à seulement vingt mètres de distance. Au-delà, les arbres et les rochers me donnaient l'impression de jouer à cache-cache... ou de quitter notre dimension pour se perdre dans une autre.
Fermant les yeux par souci de praticité, je fis fonctionner ma Perception pour suivre la trace du Maître. En superposant l'information obtenue à ma mémoire des lieux, j'en appris un peu plus sur sa localisation exacte : l'endroit où j'avais affronté le Maître lord de mon initiation, parmi les pylônes rocailleux, non loin de la cascade.
Un coin symbolique autant pour l'élève que pour le Maître.


- L'heure de la Rentrée a sonné pour Ryanne ! m'amusai-je en descendant les premières marches. Va-t-elle avoir droit à un petit questionnaire sur ses acquis ? Ou va-t-on lui poser les questions de façon plus musclée ? A moins que ce ne soit l'inverse ?

Wouuuh ! Je trépigne d'impatience~
Avec le Maître autant s'attendre à tout !
Énigmes tortueuses ? ou bien un petit échange de coups en guise d'évaluation surprise ?
Oui, il FALLAIT s'attendre à tout. Surtout en tant qu' « ancienne » apprentie.



- Te voilà enfin.

C'était la voix caverneuse du Maître, que je ne voyais toujours pas dans les parages en grande partie à cause de la brume environnante.
Étrangement, l'air en plus de sentir l'humidité me picotait la peau. Autour de moi, semblables à des spectres immobiles, les colonnes de pierre se fondaient dans la brume. Le sol lui-même était recouvert d'une fiche couche opaque qui m’arrivait à hauteur des genoux.
En cette période de l'année et à cette altitude, les non-habitués qualifieraient sans doute de glaciale la température qui régnait dans le périmètre ; pour moi, c'était soutenable malgré le vêtement raccommodé sous tous les angles que je portais sur les épaules.
Avant que je puisse m'enquérir à haute et intelligible voix de sa position, la silhouette spectrale du Maître perça le voile brumeux. Ses yeux luisaient d'une curieuse lueur jaune, un attribut que je lui savais démoniaque alors que tout le reste de son corps, jusqu'au plus petit détail, arborait le vernis de l'humanité.
Bon, au moins cela le rendait un peu plus visible dans ce décor digne d'un cimetière !
S'il existait ne serait-ce qu'un soupçon de végétation dans les parages, là où je me tenais je ne le voyais guère.
N'ayant rien de très spirituel en tête, je répondis au Maître en toute sobriété mais avec tout le respect qui lui est dû :


- Me voilà, Maître !

Non sans me fendre d'une petite courbette, hé ! On ne perd pas les bonnes habitudes.

- Chaude journée, n'est-il pas ? Je pourrais presque me passer de ma toge ! Tout cela, je le dois à vos enseignements.

La pratique du Tumo, qu'il m'avait en l'occurrence apprise, me permettait de ne pas ressentir les aléas du froid. Grâce à elle, je ne grelottais pas ni ne claquais des genoux ! Et mes mains dépourvues de gants ne me donnaient guère plus l'impression qu'elles allaient se casser en tout petits morceaux au moindre mouvement brusque.
Et le pire étant qu'il n'y avait rien de magique là-dedans ! Il s'agissait simplement d'un sacré effort de conscience.
Le Maître éluda complètement mon commentaire teinté d'une profonde reconnaissance, choisissant plutôt d'aller droit au but :

- Ne perds pas de temps en remerciements, le programme du jour s'annonce chargé. Et il en va de même pour celui des jours qui suivent.

Sur ces mots, il traversa complètement le vole de brume pour se tenir face à moi, à quelques pas seulement de ma position.
J'eus de nouveau cette étrange impression que quelque chose n'allait pas dans les parages...
Plus que partout ailleurs, l'air autour du Maître exhalait la magie.


- Pose tes questions, Hilaris. Je sais que ton esprit insatiable en meurt d'envie.

A vrai dire, il était déjà au bord de l'explosion, et ça depuis la veille !
J'inspirai un grand coup avant de m'y adonner à cœur joie :


- D'accord, fis-je en redressant le menton. Pourquoi cette chose... cette créature baptisée « Malvon » m'a appelée « Héritière » ?

- Parce que c'est ce que tu es.

Confuse, je penchai légèrement la tête de côté.
Le Maître reprit avec son stoïcisme habituel :


- Les faits sont là pourtant : si le sceau a réagi à ton sang et non au mien, tu devrais pouvoir en tirer une conclusion logique.

- ...Vous voulez dire que, pas plus tard qu'hier, nous avons affronté un de mes ancêtres ? Pour de vrai ?

Quel coup du sort, dites-donc !
Il hocha la tête une unique fois.


- Effectivement.

- Mais... il ne ressemblait à rien d'humain ! Je veux dire... vous l'avez vu, non ? Consistance et régularité : zéro !

- Tout à fait.

Je le fixai en plissant les yeux, l'air suspicieuse.

- Qu'est-il exactement ?

- Un Envoûteur Déchu.

- Ce qui signifie en langue commune... ?

Il poussa un soupir, trahi par quelques volutes qui s'étaient échappées d'entre ses lèvres.

- Cela signifie qu'à l'image de ta mère, Malvon n'est pas un être humain à proprement parlé.

Coup d'électrochoc !
Je portai une main au cœur en un mouvement de recul.


- QUOI ?!

- Le fait que j'ai glissé un peu de mon sang dans ta potion ne t'as jamais intrigué ?

Il parlait bien entendu du breuvage pas très goutu que j'avais dû avaler quotidiennement, ce même après avoir quitté son domaine pour visiter le monde...
J'avais pris ça pour un tonifiant un peu spécial, mais rien de bien méchant.


- Le Maître ordonne et j'obéis. C'est ce qui était convenu. En tout cas... c'est que que Père voulait que je fasse aux dernières nouvelles.

- Quelqu'un de cent pourcents humain n'aurait jamais pu absorber ne serait-ce qu'une goutte de mon sang sans que son organisme ne le rejette avec violence.

Ah, bah d'accord ! C'est gentil d'avoir prévenu. Merci tout le monde : à savoir Père, Mère et mon présent interlocuteur.
C’est franchement sympa !
Je gonflai un peu les joues avant de revenir à LA question :


- Alors... Mère est comme vous, c’est ça ?

Il secoua la tête, très brièvement.

- Elle ne l'est qu'à moitié tandis que toi, tu ne l'es qu'au quart.

- Ah ! Dooonc... rien ne clochait du côté de Père ? Je me repris aussitôt : Heum... Désolée. Je reformule : Père était à cent pourcents humain ?

- C'est exact.

Voilà enfin quelque chose de rassurant !
Je regrettais presque d'avoir quitté mon lit tôt ce matin pour découvrir autant de vérités en si peu de temps.


- Pourquoi ne pas m'en avoir parlé avant ? demandai-je, suggérant implicitement que ça faisait beaucoup d'un coup. Et cette histoire de dette entre vous et Père... est-elle véridique ?

- Ta mère tenait à ce que le secret soit bien gardé. Il ne fallait pas que cela s'ébruite, auquel cas votre quotidien n'aurait probablement plus été le même. Te laisser dans l’ignorance faisait partie du contrat. Quant à la dette, elle est bien réelle : preuve étant que tu as pu voir le jour, toi, ton frère et ta sœur.

Il sous-entendait plutôt par là que Père n'aurait jamais vécu assez longtemps pour nous concevoir si un marché n'avait pas été préalablement établi entre eux.
Diablement rassurant, le passé du Maître !


- Vous ne comptez pas m'en dire plus au sujet de cette dette, n'est-ce pas ?

Il ne répondit pas.
L'axiome « qui ne nie pas consent » perdait tout son sens ici.


- Mais alors à quoi bon m'avoir donné ce... fameux breuvage ? repris-je, perturbée. Je veux dire... en tant que semi-démone, j'imagine qu'il n'était pas nécessaire que j-

- Faux, me coupa le Maître. Pour qu'une Envoûteuse puisse supplanter son prédécesseur, cette dernière se doit d'établir un pacte avec son contractant. Autrement dit, ici il est question d'un contrat par le sang. Et la consommation de ce sang-là permet à l'Envoûteuse de fortifier ses racines démoniaques qui, à l'inverse et par négligence, perdent leurs propriétés spéciales avec le temps. Un Envoûteur ou une Envoûteuse dont lesdites propriétés ont été bafouées n'opposerait guère plus de résistance à ses opposants qu'un terrien lambda.

Je papillonnai des yeux, hébétée par toutes ces informations, par tout ce... stratagème de longue haleine.
J'ouvris la bouche malgré tout, pour finalement mettre une bonne poignée de secondes à quitter ma stupeur :


- En quoi est-ce si important... ? Ce « titre » - si on peut appeler ça un titre - …à quoi rime-t-il ?

- L'utilité d'un Envoûteur dépend de ses propres décisions, répondit le Maître sans faire montre d'aucun trouble. Dans une époque reculée, les Envoûteurs usaient de leurs pouvoirs pour assainir le monde. Ils ne se gênaient pas pour tromper leur entourage si le besoin s'en faisait ressentir, ni pour pactiser avec des entités qu'on qualifie de maléfiques. Pour eux, l'ordre revêtait une certaine importance et ceux qui s'amusaient à le bafouer devenaient leurs ennemis. Mais ce n'est pas le cas pour tous les praticiens...

- Malvon ?

- Malvon, confirma-t-il. La ruse et la tromperie sont des outils indispensables à tout Envoûteur qui soit. Pour eux, c'est un Art. Mais cet Art à aussi ses revers. Celui de Malvon s'est perverti avec le temps. Je l'ai connu en chair et en os, du temps de son vivant... mais je ne l'aurais jamais cru assez idiot pour abandonner son enveloppe et s'accorder cette caricature d'immortalité en scellant sa conscience dans un temple souterrain.

- Il n'a pas toujours été ainsi, je présume ?

- Hormis chez les Démons, nul ne naît mauvais, répliqua le Maître. Au cours de ses sombres recherches, Malvon avait découvert un pouvoir insoupçonné dans les vices d'autrui. Je le soupçonne d'avoir atteint ses limites, et que le fait de s'en être rendu compte ajouté à l’absence de progrès qui s'en est suivi... Tout cela a fini par le ronger.
Il a donc construit un lieu très particulier. Un immense catalyseur où les ressentiments des gens dont il comptait tirer de la puissance convergeraient sans jamais éveiller les soupçons de ses semblables. Mais pour en bénéficier pleinement, il lui fallait une offrande de taille qui le lierait, lui et son sang, à sa nouvelle source de pouvoir...


- Son corps, complétai-je. Il s'est donné la mort à sa manière pour devenir une toute « nouvelle forme de vie ». C'est... moche.

- Il ne serait parvenu à rien sans le savoir relatif aux Arts Runiques. D'ailleurs, le symbole en forme de papillon sur lequel tu as versé ton sang n'en représente qu'une infime partie.

- Et vous comptez me transmettre ces connaissances, m'avançai-je, sceptique. Vous avez mis au point cette théorie sur Malvon à partir de ce que vous avez étudié dans ce temple caché, je me trompe ?

- En effet.

En une seule nuit !
Je me retins de siffler d'admiration.


- Vous n'avez pas peur que tout ce savoir me fasse basculer du côté obscur ? m'enquis-je avec un sourire guindé.

P'tit clin d’œil à une certaine œuvre, je sais~

- Tu es libre de décider de ton propre destin, tout comme je suis libre de décider du jour où tu auras dépasser les bornes, répliqua-t-il. Ne diabolise pas un pouvoir seulement parce qu'un imbécile l'a détourné à des fins personnelles.

Ça ne plaisantait pas. Le Maître était d’ores et déjà préparé à me mettre des bâtons dans les roues si jamais il jugeait mon Art comme dévoyé.
...Mais dans un certain sens, c'était plutôt rassurant !
J'en avais terminé avec mes questions. Ma nature n'était certes pas celle que j'avais escomptée, mais cette révélation ne changeait fondamentalement pas grand-chose à celle que je souhaitais devenir.


- Très bien, fis-je en brandissant un poing chargé d’enthousiasme. Par quoi commence-t-on ?

_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeDim Déc 09, 2018 3:42 pm

II – Initiation aux runes.

- Dans l'ancien temps, légion étaient les pratiquants qui se méprenaient sur l'Art Runique, reprit le Maître après avoir fait volte-face. Ce pour la simple et bonne raison qu'ils n'avaient fait qu'en gratter la surface.

Le comble en matière de magie ! Un sort se doit d'être peaufiné avant son utilisation en combat ou dans n'importe quel autre domaine que ce soit. Pareilles études permettent de réduire le temps que le lanceur met à incanter, tout comme elles permettent d'éviter de très regrettables accidents.
Bien sûr, il existe quelques petites exceptions comme pour les capacités spéciales obtenues en pleine rixe. Le Don de d'Yggdrasia, sous sa forme de graine, en est un parfait exemple... bien que sa maîtrise réclame quelques prérequis dont je ne disposais pas encore.
Je laissai le Maître s'étendre en explications.


- D'aucuns, plus stupides encore que les autres, voyez cette forme de magie comme un jeu pour enfant. Ils ne désiraient pas « perdre leur temps à dessiner des symboles dans l'air ou sur la terre pour produire un effet qu'ils sauraient obtenir par des moyens détournés et plus simples ».
En fin de compte, ceux-là ne savaient rien alors qu'ils prétendaient le contraire...


Malgré le fait qu'il se tenait de dos par rapport à moi, je le vis agiter une main devant lui. Il s'agissait de gestes réfléchis, mesurés au millimètre près, mais exécutés à une telle vitesse que je ne pouvais pas tous les distinguer.
Et c'est là que je sentis quelque chose agripper ma capuche et me tirer en arrière, me provoquant un léger déséquilibre.
En me tournant vivement, je vis les doigts du Maître remuer de façon moqueuse. Oui, cette même main... lévitait dans l'air ! Ou disons plutôt qu'elle y était suspendue. Le poignet se terminait par un cercle mauve, duquel il avait manifestement jailli.
Je pivotai sur un pied pour m'assurer visuellement qu'il existait bel et bien un lien entre la « main coupée » et son propriétaire mystique.
Le même cercle magique avait vu le jour devant le Maître, et ce dernier y avait plongé son avant-bras.


- ...J'ai peine à croire qu'il existe un moyen détourné pour obtenir ce résultat-là, dis-je en jonglant du regard sur la main magique et le Maître lui-même.

- N'est-ce pas ?

Il ramena son bras à travers la rune, qu'il avait de toute évidence tracée à même l'air, et la fit disparaître d'un tour de main.

- Les humains n'ont pas assez exploité cette facette de la magie. C'est assez cocasse, étant donné qu'ils sont les seules créatures de cette planète à avoir appris à écrire et dessiner.

Je haussai les épaules en levant les mains à hauteur des coudes.
Que dire de plus ? Ils n'ont tout simplement pas creuser le sujet.
Le Maître continua sa leçon comme s'il avait lu dans mes pensées :


- Le peu d'entre-eux parvenus à découvrir les innombrables secrets que renferment les runes ont tous trépassé sans distinction. Et pas d'héritier, pas d'héritage.

- Pourtant si vous vous êtes parvenu à transcender cet art, j'imagine bien que d'autres parmi vos semblables ont tenté l'expérience ? Et l’écoulement du temps ne les effraie pas, eux... non ? Ce qui n'est pas le cas des terriens.

- Tu n'en croiseras probablement jamais, hormis quelques rares exceptions, répondit-il en secouant la tête. La plupart des démons méprisent les mortels. En conséquence de cela, ils rejettent également leurs arts. Et ils sont plus butés encore que les trois quarts de ton sang.
Ah ! une information intéressante partiellement dissimulée dans un cortège de mots bien ficelés !
Je sautai sur l'occasion pour intervenir :


- Donc vous êtes en train de me dire que les mortels ont inventé les runes ? Que ce ne sont pas les démons qui en sont les créateurs ?

Il hocha la tête une unique fois tout en se tournant dans ma direction, l'air toujours aussi sérieux et imperturbable.

- Les démons sont naturellement puissants, expliqua le Maître. Quand ils veulent détruire quelque chose ou quelqu'un, ils ne s'encombrent pas de symboles magiques : ils frappent avec leurs propres pouvoirs. Quand ils cherchent à faire souffrir et à nuire durablement à autrui : ils ont recourt aux malédictions.
C'est ainsi qu'ils fonctionnent les trois quarts du temps.


Notez bien l'emploi du « ils », et pas « nous ».
Le Maître ne se rangeait pas parmi ses congénères. Il avait trouvé sa place ailleurs, entre deux mondes bien distincts.


- D'accord... du coup, comment suis-je censée m'initier à ce savoir perdu que sont les Arts Runiques ?

J'estimais qu'on en avait assez dit sur les démons, et que le petit cours d'histoire sur l'origine des Runes avait assez duré.
Aussi je trépignais d'impatience à l'idée d'apprendre à utiliser ces fameux dessins ancestraux !


- Pour que tu puisses participer au rituel qui évitera à ta fille de subir le contrôle mental de son Némésis, il va te falloir acquérir la maîtrise et le savoir relatifs à deux Runes sur les vingt-et-unes inventées par les anciens. Voici celle qui fut l'origine de toutes les autres...

Lentement et ostensiblement, à l'aide d'un index chargé de magie il traça dans l'air une barre verticale à laquelle il ajouta deux slash parallèles, en diagonale.
On aurait dit un « F » quelque peu dénaturé.
La rune prit soudain feu, luisant d'un éclat mauve au cœur de la brume.
Mais rien d'autre ne se passa...
Le Maître glissa la paume de sa main sous son œuvre runique et la fit tournoyer comme un ballon de basket.


- Fehu, le feu primordial, aussi baptisée la Rune du Mouvement, expliqua-t-il. Comme toutes les runes, ses vertus sont nombreuses. Ceux qui versaient naguère dans les arts les plus sombres y ont recouru naguère en la liant à leur sang. Nous parlons peut-être du point de départ des techniques interdites. Moi-même je n'en suis pas sûr...

- Et en ce qui concerne ses autres emplois ? demandai-je, guère rassurée par cette première dérivée de la Rune.

- Le plus important d'entre-eux relève de son utilité à transformer l'énergie en matière. Ce n'est pas pour rien que les valeurs associées à cette Rune sont la force, la santé, l'émergence et le commencement. Toutefois...

- Toutefois ?

- Parvenir à la contrôler est loin d'être une partie de plaisir.

Sur ces mots, il leva la main au ciel et l'ouvrit en grand. La Rune suivit le mouvement car je ne la vis plus briller sous mes yeux. Yeux que je dus lever haut dans les airs au moment où une chandelle de magie pure, bouillonnante de puissance, s'éleva et perça la brume, y creusant un grand trou aux contours rougeâtres !
Je sentis la terre trembler sous mes pieds jusqu'au moment où le Maître ferma son poing encore fumant.


- ...Ah, oui ! Quand même.

Et les anciens voyaient le traçage de ces runes comme un jeu pour enfant ? Sérieusement ?!
Une telle puissance aurait pu réduire la montagne en miettes. Peut-être même la Terre toute entière !
J'en avais les mains qui tremblaient.


- Ai-je omis de préciser que cette Rune est également associée à l'Expiration ? s'enquit-il sans émotion aucune. Question à laquelle j'eus hoché la tête. Maintenant tu en as pris connaissance.
Les us en matière de Rune stipulent qu'il est préférable de recourir à Isa, représentation symbolique du statisme et de la glace, pour en contrebalancer l'incontrôlable puissance. Mais nous n'en ferons rien.

- Pourquoi donc ?

- Parce que le temps nous manque et que tu disposes d'un As dont tu ne sembles pas avoir totalement conscience. Montre-moi ta main droite.

J'obéis sans rechigner. Un silence inconfortable s'installa pendant qu'il me l’examinait...

- Je m'en doutais, fit-il en me lâchant la main.

Les mots me manquant, je l'interrogeai du regard.
Mais de quoi diable parlait-il ?
Un peu résignée, je m'attendais déjà une énigme de son cru...


- Tu le retiendras plus facilement en trouvant la réponse par toi-même.

Et bam ! Ça me pendait au nez, de toute façon.
Je me retins de pousser un soupir.
Le Maître prenait plaisir à compliquer les choses alors qu'elles étaient déjà bien assez complexes comme ça !


- Je devine aisément ton affinité avec la Rune « Berkano », me dit-il, imperturbable. Dans un sens, ce n'est pas très étonnant : à l'époque, les Runistes de sexe féminin se laissaient couramment séduire par les pouvoirs qu'elles en tiraient.

- J'imagine que vous allez m'en dire plus ?

Le Maître ne se fit pas attendre. En fait, je pense qu'il avait ignoré ma question car il s'était déjà mis à l’œuvre au moment même où je l'avais posée.
Il leva la main et reproduit un motif à même l'air. Un « B » composé de deux triangles aux angles pointus apparut sous mes yeux attentifs. La Rune ne crépita pas d'énergie quand il l'infusa de sa magie. Un courant paisible la traversait. Absolument aucun feu n'y brûlait.

- Ses valeurs sont les suivantes : fertilité, naissance, maternité et mutation. Consacrée à la magie féminine, cette Rune dispose de vertus purificatrices. Les entêtées dans ton genre éprouvent une certaine facilité à en maîtriser les pouvoirs cachés. A l'inverse, les pessimistes sont incapables d'en tirer profit.

La personnalité a donc bel et bien une incidence sur notre affinité avec les Runes... intéressant à savoir !
Cette fois-ci, le Maître s'empara du symbole éthéré et le fit tomber de sa main. Le « B » chut au sol sans un bruit et se volatilisa dans une petite d’explosion de confettis, repoussant légèrement du même coup cette brume épaisse qui nous montait jusqu'aux genoux.
Mue par la curiosité, je me penchai par-dessus le « trou » pour en admirer les effets lorsque l’émergence d'une racine noire comme les ténèbres m'intima à me reculer prestement !
L'appendice de bois se tortilla sur lui-même pour donner naissance à un arbuste à la sombre frondaison.
J'étais tombée sur les fesses, si bien que la création du Maître me dépassait en taille.


- Également symbole du bouleau, l'arbre croissant et endurant, continua le Maître en me toisant depuis sa hauteur. Est-ce tu devines maintenant la raison pour laquelle je t'ai fait mention de cette Rune ?

Je m'extirpai de ma torpeur pour y réfléchir intensément.
Main droite. Magie. Bouleau... Événements passés ? Une rencontre fortuite ?... Yggdrasia ?
Yggdrasia.
Mais c'est bien sûr !
J'avais fini par tilter et le Maître par le remarquer.


- Les Envoûteurs et Envoûteuses ont toujours eu un don pour se faire des allié(e)s insolites. C'est là une qualité que les véritables Démons n'ont pas.

- Je vois, murmurai-je en lâchant un coup d’œil à ma main droite.

- Une dernière chose avant que je ne te laisse travailler en paix.

Je me redressai et levai les yeux sur mon mentor.

- Tu comptes rester encore longtemps avec cette loque sur le dos ?

- P-pardon ?

Il remua si vite les doigts pour tracer sa Rune que j'en eus le souffle coupé ! La milliseconde d'après, le symbole de Ferhu était imprimé sur ma toge et la fit flamber en un temps record, des langues de flammes mauves rongeant l'intégralité du tissu...
En épargnant seulement mes sous-vêtements - mauves, oui.
Ainsi que la Caladbolg et son fourreau, qui tintèrent au sol.


- Ah !!

Je me cachai pudiquement le corps avec les mains.

- Mais... pourquoi vous... ?!

- Tais-toi et garde-toi de tout mouvement.

Pendant que j'accusai le choc de me retrouver à moitié nue, il avait eu le temps d'invoquer deux autres Runes ! Je reconnus Berkano et Ferhu. Le Maître joignit la paume de ses mains qui contenaient les deux symboles magiques, puis me les présenta... pour me tirer dessus !
J'eus un léger mouvement de recul au moment où l'énergie me percuta la poitrine.
Interloquée, je baissai les yeux dessus. Un tout petit carré, semblable à une étoffe de tissu, s'était fixé entre mes clavicules. Avant que je ne dise quoi que ce fut, des filins d'énergie en pagaille se mirent à en jaillir ! Je tournai la tête dans tous les sens lorsque les fils se nouèrent autour de ma silhouette, pour donner forme à un vêtement d'un style plus ou moins identique à celui de ma défunte toge à la différence près qu'il n'était pas aussi ample - sauf au niveau des manches.
Le tissu nouvellement créé me serrait un peu la taille, certes, mais j'étais malgré tout libre de mes mouvements. Par contre, j'avais les jambes à l'air avec pareille tenue, la jupe ne s'arrêtant qu’à mi-cuisses.
Je poussai une autre exclamation de surprise quand des chaussettes en collant qui me montaient jusqu'au-dessus des genoux prirent forme à leur tour, suivies très vite par une paire de bottes marron bordées de beige. Une double ceinture mauve en croix jouait le rôle de jointure entre la jupe et les bas.
Fascinée, je ne pus m'empêcher de m'attarder sur les détails.
Des broderies d'or égaillaient un peu le haut de ma courte robe, décorant jusqu’à l'extrémité de mes larges manches. Au niveau de la poitrine pendouillaient des cordons d'une couleur identique.
Je trouvais l'ensemble plutôt chic pour une magicienne, si ce n'étaient les épaulières ressemblant fort à des cages qui m'encombraient les épaules. Elles étaient faites d'une matière solide, et les mêmes matériaux me cerclaient le cou.


- Whaaaow ! m'écriai-je, béate de surprise et d’admiration. Comment avez-vous réussi ce tour-là ? C'est géant !

J'étais tombée amoureuse de ma nouvelle tenue !
Un peu trop peut-être.
Le Maître m'observait de ses yeux jaunes.


- Dans le temps, ta mère portait la même tenue, déclara-t-il. Tâche de bien l'avoir en tête. La moindre de ses coupes. Le moindre de ses détails. Jusqu'au plus infime...

- Vraiment ? Mère a bon goût. Cette robe est très jolie, oui. Mais... pourquoi tant de cérémonie ? demandai-je, suspicieuse.

- Tu auras tôt fait de le découvrir. Pour l'heure, contente-toi de m'écouter.

Je me tus, droite comme un « i », les mains rangées dans le dos.

- Je viens de synthétiser une étoffe de Tisse-Rune à partir de Berkano et Ferhu. Les Runes sont associables. Elles ont même été créées dans cette optique, avoua-t-il. Malgré son appellation, le Tisse-Rune résultant n'est pas à proprement parlé un tissu. A tout moment, la matière ainsi créée peut-être aussi solide que légère. Libre à son créateur de décider de sa consistance...

Il pointa du doigt mon épaule gauche et ma protection devint aussi flasque que de l'algue.
Sous les directives implicites du Maître, elle se rigidifia de nouveau.


- De son poids...

D'un geste évasif, il alourdit ma tenue à tel point que je m'écrasai par terre. Il était donc possible de lester la tenue avec autant d'aisance ?
Je ne pus me relever que lorsqu'il mit un terme à cette torture.


- Vous auriez pu me prévenir !

Avec un calme professoral, il me snoba magistralement.

- Et de sa forme.

Il étira les manches de ma toge comme des élastiques.
J'avais la curieuse impression d'être dotée de tentacules. Ça au moins c'était rigolo à vivre !
Quand tout revint à la normale, je regardai mes bottes, mes ceintures croisées et mes épaulières, et puis tout le reste. Un sacré travail ! Il fallait en avoir dans la caboche pour inventer pareille magie.
Mais cette question trottait toujours dans un coin de ma tête...
Pourquoi devrais-je la mémoriser dans ses moindres détails ?
Quand je levai les yeux sur mon Maître, c'était déjà trop tard !
La Rune Ferhu qu'il avait tracée à la vitesse de la lumière étincelait sur ma poitrine. Ma tenue fut instantanément réduite en cendres. Non, c'était pire encore : il n'en restait plus rien !
...J'étais de nouveau à moitié nue.


- Ah, non ! Pas encore ! râlai-je, empourprée, les poings sur les hanches.

- Lorsque tu seras parvenue à reproduire cette tenue par tes propres moyens, tu pourras considérer les deux Runes comme acquises. Pas avant. Et je te suggère de faire vite pour ton propre bien.

Pour mon propre bien ? Qu'entendait-il par là ?
Il ne m'accorda pas le temps de réflexion nécessaire à la résolution de cette énigme. A mes pieds, la Caladbolg se mit à trembler. En tendant la main dans sa direction, le Maître récupéra l'épée rangée dans son fourreau et s'en alla disparaître dans la brume.
Sa voix caverneuse se répercuta entre les colonnes de pierre.


- Tu n'en auras pas l'utilité. La seule chose dont tu auras réellement besoin, c'est de ton imagination. Elle fait la force de l'espèce humaine alors tâche de t'en servir autant que possible.

Une poignée de secondes après qu'il se soit volatilisé, un froid glacial s'était installé dans ce désert rocailleux. La pratique du Tumo me permettait certes de ne pas attraper la mort dans ces conditions mais elle n'allait pas m'être d'un grand secours sur le très long terme.
Ce qui répondait à ma dernière interrogation : faire vite était devenue une question de vie ou de mort !
En outre, je finis par comprendre pourquoi l'air humait autant la magie depuis ma venue en ces lieux. C'était la faute du Maître ! il avait disposé un peu partout plein de petites runes de glace - Isa, qui favorise aussi l'inertie - et avait choisi ce moment pour toutes les activer.
Je commençais déjà à grelotter de froid.


- Brrr... 'Pas drôle, ça, geignis-je, les bras serrés autour du buste.

Je dus m'asseoir en tailleur pour me plonger plus profondément encore dans une méditation salvatrice.
L'expérience douloureuse est un bon maître.
En tout cas, le Maître restait fidèle à cet axiome.

_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeMer Déc 12, 2018 10:37 pm

III – Le très dangereux Feu Primordial !

Au départ, je m'amusais tout bêtement à tracer des runes dans l'air comme l'avait fait le Maître, du bout de son index et de son majeurs collés. Des lignes de magie pure prenaient forme mais s'effaçaient aussitôt, le traçage malheureusement victime de son manque de précision.
Si le froid ambiant ne me transformait pas en glaçon grâce à l'emploi de ma méditation salvatrice, il n'en demeurait pas moins gênant par rapport à mon activité du moment.


- Fichtre et foutre, jurai-je.

Mais c'était une bonne expérience.
Je m'explique : pour tracer une Rune au milieu d'un combat on ne peut pas compter sur la clémence de l'adversaire, sauf si ce dernier s'avère être particulièrement idiot. En toute logique, l'audacieux personnage qui vous fait face cherchera plutôt à vous distribuer quelques mandales pour vous déconcentrer, ou vous gêner pendant votre incantation. Bien sûr, vous chercherez à les éviter et vous y arriverez probablement - en tout cas, je l'espère pour vous. Mais au final, votre sort craché à la va-vite ne sera plus que l'ombre de lui-même !
J'acceptai donc les présentes difficultés et m'efforçai, minute après minute, à peaufiner le traçage de mes Runes. Si bien que je finis par m'entourer de brouillons, du moins jusqu’à ce que ces derniers finissent par s'évaporer les uns après les autres, incapables de produire un effet magique.
Entre-temps, le froid avait semblait-il gagné en intensité, et la petite tenue dans laquelle je me trouvais ne m'aidait pas pour me sentir à l'aise. M'enfin... cela aurait été bien pire s'il y avait quelqu'un pour m'observer ! Je n'avais aucun raison de m’inquiéter à ce sujet : la brume environnante faisait en sorte qu'on y voyait goutte. Même un aigle au regard archi-perçant ne pourrait m'épier avec pareil écran !
Je repris donc ma besogne en commençant quelque peu à claquer des dents. La pratique du Tumo avait ses limites, et je commençais à me dire qu'elles allaient être atteintes sous peu. L’intensité du froid en était la cause première, quant à la seconde il était bien davantage question de résilience. Maintenir un tel niveau de concentration sur le long terme exige certaines ressources. Des ressources de plus en plus importantes au fur et à mesure que le temps passe !
Au bout de quelques longues minutes d'exercice, je finis par m'accorder une pause que je préférais pour le coup passer debout.
Je n'avais réussi à tracer décemment aucune Rune jusque-là. Absolument rien de fonctionnel ! Que du brouillon. C'était un tantinet déconcertant...
Je coulai un regard autour de moi, avisant la lueur bleu que produisait chaque Rune de glace activée par mon aaaaaaaaaadorable mentor.


- Brrr... Ça caille !

Les bras contractés autour du buste, je dansai un pied sur l'autre comme si j'étais sur le point de me faire dessus. Cette fichue épreuve me rougissait le bout des doigts ! J'avais l'impression qu'ils risquaient à tout moment de se décrocher. Je ne les sentais plus beaucoup, à vrai dire...
Hmpf ! Tant pis pour les difficultés supplémentaires : je fis jaillir mon aura pour dégager une partie non-négligeable de l'envahissante brume.
Entourée comme je l'étais par mon Ki mauve, l'air me parut tout de suite plus chaud et accueillant.
Me voulant économe, je fis également l'effort de rétrécir son champ d'action au strict nécessaire. Très vite, je me retrouvais avec une fine pellicule de Ki autour de ma silhouette. J'expirai un léger panache de fumée avant de frapper du poing la paume de ma main opposée.
J'étais plus que déterminée à poursuivre dans des conditions devenues favorables !


- Ferhu me voilà ! m'exclamai-je. Je ne te laisserai pas t'en tirer à si bon compte, ma petite Rune ! Le Maître m'a montré à plusieurs reprises comment profiter de tes incroyables pouvoirs, alors ce n'est qu'une question de temps et d'efforts avant que je parvienne à les maîtriser.

Et à les invoquer, surtout !
J'inspirai une grande goulée d'air et me plongeai dans le Cœur de pierre. Dans ce douillet petit cocon d'insensibilité, les perturbations extérieures ne me faisaient ni chaud ni froid. Et comme je n'avais pas l'intention de m'éterniser en ces lieux, j'usai judicieusement de mon autre capacité secrète, celle dont j'avais fait part à Elwen sur Zelod III : le Compartimentage de l'esprit !
Je levai les deux bras pour tracer d'autres Runes du bout des doigts. Il ne m'était pas impossible de le faire en même temps et avec les deux mains, alors j'en profitais autant que possible. Ce ne fut que lorsqu'une Rune se mettait à scintiller plus intensément que ses voisines que je daignais m'attarder dessus !


- Toi, tu es une valeur sûre.

Je parlais toute seule et alors ?
Avec force précaution, j'approchai la paume de ma main à hauteur de l'heureuse élue. Pour être sûre de la faire perdurer, je dus l'infuser une nouvelle fois de magie.
Sa couleur vira soudain à l'écarlate, signe qu'elle n'était pas loin d'exploser durant le processus !


- Tout doux, ma petite ! Tout doux... voiiiilaaaa~

Je l'avais pour ainsi dire apaisée - pas seulement avec des mots. La prendre en main ne fut pas des plus compliqués, toutefois fis-je très attention à ne pas la brusquer !
Tout comme le Maître s'était amusé à le faire, je pris le risque de la faire tourner au-dessus de ma main. Le symbole runique suivit le mouvement et commença à s'embraser d'un feu mauve.
Les bienfaits du Cœur de pierre m’empêchaient de céder la panique, mais cela ne suffit pas à neutraliser les effets destructeurs de la Rune, qui se mit à décharger sa magie jusqu'alors contenue, libérant ainsi un fin rayon incandescent au-dessus de ma tête !


- Oh, bon dieu de m... !

Fin du Cœur de pierre.
Je vis une colonne de pierre se fendre à son passage, glisser de sa base sur un côté, puis s'effondrer lourdement dans la brume ! D'autres encore subir le même destin jusqu'à ce que je parvienne à me débarrasser de l'incontrôlable feu vivant. Pour ce faire, je dus me soustraire à la gravité et lever haut la main en direction du ciel.
Le Maître avait mentionné le terme « Expiration » pour conclure au sujet de cette puissante Rune, vous vous souvenez ? Eh bien, il ne s'agissait pas là d'un technique en elle-même parce que je fus moi aussi capable d'en tirer profit sans trop savoir comment!
Enfin... « tirer profit », vous me direz... Ahem.
De cette Expiration naquit un énorme rayon composé essentiellement de flammes virulentes. La brume au-dessus de ma tête et plus loin encore fut happée dans cette prison ardente jusqu'à ce que la Rune fusse vidée de toute son énergie magique.
Je perdis également une bonne partie de mes réserves à la suite de cet événement. Les dernières phalanges de mes doigts avaient également roussis tant l'explosion avait été violente !
Autour de moi, il n'y avait plus un grain de poussière, l'onde de choc ayant tout emporté.
Je baissai la main et soufflai énergiquement sur mes appendices fumants...


- Chaud ! Chaud, chaud, chaud !

...que je dus également secouer comme la dernière des folles.
Je n'avais pas l'air très fine comme ça, en petite tenue, à brasser l'air avec une telle frénésie !
Fehru n'allait pas être domptée aussi facilement.
J'allais donc devoir revoir mes plans.
Tout n'était pas perdu pour autant~

_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeJeu Déc 13, 2018 10:48 am

IV - Un soi-disant jeu pour enfant.

Mes réserves de magie ayant fini par revenir à la normale, je pus reprendre le cours de mon entraînement avec en tête un petit plan bien ficelé.
Cette rencontre avec Elwen sur Zélod III avait été une véritable aubaine, et je comptais bien tirer profit de toutes les connaissances acquises ce jour-ci. La plus importante et la plus utile traitait de la capacité à puiser de la magie dans l'environnement au lieu de se cantonner à celui contenu dans notre seule enveloppe. Mais elle exigeait un peu plus de concentration, ce qui n'était pas vraiment dérangeant pour moi grâce au sacro-saint Compartimentage de l'esprit !
Je me donnais pour objectif de surprendre le Maître, ceci en lui prouvant que j'étais parfaitement capable d'apprendre à me servir des Runes bien avant la fin du délai imparti.


- Allez, c'est parti ! Et cette fois-ci, pas d'Expiration. Je veux du contrôle. Du Con-trô-leuh ! articulai-je en me claquant simultanément les joues des deux mains.

Grâce à mon dernier échec et à la chute de quelques pilonnes de pierre où étaient gravées diverses Runes Isa, le froid invoqué par ces dernières n'était plus aussi cinglant. Les chances que je me plante avaient diminué de façon drastique, et celles inhérentes au traçage de mes Runes en faisaient partie.
Je levai une main pour laisser s'exprimer mon petit côté artistique... mais je m'interrompis, le bras étiré devant mon visage, les yeux fixés droit devant.
Inutile d'aller trop vite et de tracer quantité de brouillons jusqu'à obtenir la bonne Rune. J'avais appris de mes précédentes erreurs et, en conséquence de cela, pouvait me départir de cette idée un peu folle qui consiste à larder l'air de coups de doigts imbibés de magie.
Les yeux fermés, la respiration mesurée, je me représentais mentalement Ferhu - le fameux « F » au deux branches parallèles qui s'étirent en diagonale vers les hauteurs - avant de me décider à la tracer le plus naturellement possible.
Le résultat fut sans appel, et je le sus sans même avoir besoin de rouvrir les yeux !
Le feu Primordial commençait déjà à crépiter autour du symbole éthéré, sa chaleur me réchauffant les phalanges puis le creux de la main lorsque je la recouvris avec un soin particulier.
Bien ! J'avais tiré bon parti de ma propre magie, maintenant il était question de profiter de celle contenue dans les alentours. Et en l'occurrence, il y en avait au moins autant que sur Zelod III grâce au travail du Maître.
Je ne me laissai pas perturber par le Feu Primordial grandissant, qui risquait pourtant à tout instant de s'échapper sous la forme d'un mince rayon incandescent. Au lieu de cela, je rapatriai les résidus de magie présent dans l'air, à proximité des Runes, pour créer une geôle protectrice tout autour de Ferhu. Sans le Compartimentage de l'Esprit, je me serais probablement emmêlé les pinceaux et aurais provoqué accidentellement une bien vilaine explosion, qui m'aurait à son tour peut-être bien arraché la main...
Guère réjouissante comme pensée, n'est-il pas ?
Je rouvris les yeux, modérément éblouie par un feu mauve que je devinais sans grande surprise situé au bout de mon bras tendu. Une sphère incandescente, dont la surface ressemblait presque à du verre en raison de son absence d'aspérité, trônait dans la paume de ma main. Et à l'intérieur-même de ce joyau magique flottait le symbole de Ferhu.


- Yes ! m'égayai-je en brandissant un poing victorieux. Ça, c'est de la Rune !

Les réjouissance furent de courte durée car le récipient magique, façonné à partir de la magie environnante, se fissura d'un coup. De la chaleur à haute pression s'insinua à travers les fêlures et produisit un sifflement semblable à celui d'une cocotte minute !
Je blêmis d'abord à la vue de mon ouvrage imparfait, puis je me fis fort de tout remettre en place, et à vitesse grand V !
Je grimaçai en passant ma main libre tout autour du globe, colmatant toutes les failles - même les plus fines ! - en vue de contenir une explosion qui pourrait très bien devenir atomique si j'avais le malheur de me relâcher comme je l'avais fait juste avant en levant le poing.
Au bout d'une poignée d'intenses secondes où la magie dessinait de fabuleux arabesques tout autour de ma sphère, un peu comme des ondes boréales mais dont la teinte n'était pas si commune, je parvins à contenir le terrifique Feu Primordial !
Je ne risquais plus d'avoir froid aux mains, étant donné que ces dernières étaient rouges et fumaient copieusement. Entre-elles crépitait un véritable rubis, dont l'éclat vif sous-entendait qu'il ne fallait absolument pas le laisser à portée de n'importe qui.
A sa surface, le symbole de Ferhu brillait de toute sa splendeur mais aucune volute sulfurique ne s'en échappait.
J'étais enfin parvenue à transformer de l'énergie en matière !
Même si cette matière restait toujours autant inflammable et considérablement explosive.
Dans tous les cas, je considérais mon but comme atteint.


- Maintenant il va falloir que je me débarrasse de ce joli petit joyau..., réfléchissais-je à voix haute.

A dire vrai, je ne me sentais pas encore capable de l'éteindre d'un simple claquement de doigts, voire d'un geste de la main à l'instar du Maître. J'allais donc devoir la faire disparaître en usant de certaines précautions.
Tout d'abord, je fis bon usage du Compartimentage de l'esprit en redirigeant une infime partie du flux contenu dans le rubis à l'intérieur de ma main. La chaleur emmagasinée avait de quoi me faire grimacer tant elle était forte, mais je ne tardai pas à la répartir de façon proportionnelle dans tout mon être.
Il fit tellement chaud que je me crus en été !
Puis je laissai, avec autant de lenteur que de douceur, cette énergie s'échapper des pores de ma peau. Quantité de petites runes gravitaient à sa surface mais je devinais par leur teinte mauve que le danger n'avait rien d'insurmontable.
Alors que des volutes de magie pure s'échappaient de tout mon être pour s'éparpiller dans la nature, je projetai mon attention sur ma main occupée à maintenir la sphère en place telle un sceptre religieux. Le dos de cette même-main était marqué par le symbole du Feu Primordial, et je ne savais pas vraiment si c'était mauvais signe, la chaleur me paraissant tout à fait supportable.
Entre-temps, le globe de magie avait été purgé d'une bonne partie de son puissant feu.
D'après mes calculs, s'il venait à exploser à bonne distance du sol, la Terre n'en subirait par les conséquences. A l'inverse, ce serait dramatique pour tout le monde.
...et les Anciens Mages voyaient cela comme un jeu pour enfant ? Ha ! L'âge fait des ravages.
J'avais atteint ma limite. Il ne m'était plus possible de délester la sphère de son incroyable chaleur, ce même en y allant mollo. Il ne me restait pas trente-six solutions...
Alors je fis le vide dans mon esprit, j'inspirai calmement, j'expirai de la même manière.
Puis je projetai la sphère dans les airs en coupant tout contact magique avec cette dernière !


- A la revoyure ! criai-je au ciel.

Je l'avais envoyée si loin qu’elle avait disparu de mes radars l'espace de six bonnes secondes !
J'ignore toujours si je suis parvenue à lui faire traverser la stratosphère, toujours est-il que je pus la voir détonner au (très) loin, telle l'ultime instant d'une étoile aussi mauve que la couleur de mon Ki.
Ma Rune avait donc fini par disparaître au cœur d'une explosion gargantuesque, et j’espérais secrètement ne pas avoir détruit un satellite posté en orbite autour de la Terre.

Le corps toujours fumant des pieds à la tête, je me frottai les mains l'une contre l'autre, heureuse de m'être débarrassée d'un fardeau diablement explosif. A l'avenir, j'allais devoir y réfléchir à deux fois avant d'invoquer le Feu Primordial. Si cette Rune avait le pouvoir de créer, elle était tout aussi capable de détruire, et sans s'imposer de limite ! Elle était aussi très coûteuse en magie, ce qui en faisait une arme de dernier recours.
Vous comprenez maintenant pourquoi le Maître suspectait fort qu'il était à l'origine question d'une technique interdite ? Couplée au sang, elle pouvait devenir plus dangereuse encore.
Et ça, je ne tenais pas vraiment à le découvrir.

_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeJeu Déc 13, 2018 10:30 pm


V - Berkano

- Passons à l’étape suivante ! dis-je en tapant des mains.

L'apprentissage de la fameuse Rune portant le nom de « Berkano », qui représente le bouleau !
Le Maître m'avait fait mention de ses valeurs, à savoir : la fertilité, la maternité, la mutation et la naissance. Ceci sans oublier ses prétendues vertus purificatrices !
Il y avait vraisemblablement matière à exploiter avec ce symbole magique, tout en sachant que la plupart des Runistes de sexe féminin de l'ancien du temps y recourraient...
Je m'imprimai l'image du dessin en tête - une variante du « B » sans aucun arrondi - avant d'entreprendre quelque traçage que ce fût. A vrai dire, cette fois-ci je ne comptais pas multiplier les brouillons pour parvenir à mes fins. La Rune n'était pas plus compliquée que Ferhu à tracer, bien que le nombre de lignes dans celle de Berkano dépassait légèrement la seconde.
Sans compter le fait que les Runes « Isa » étaient moins nombreuses aux alentours, et que le froid ambiant m'était devenu beaucoup moins dérangeant au point de ne plus avoir à me recouvrir le corps d'une mince pellicule de Ki.

J'étais en train d'observer mes mains quand une idée me traversa l'esprit.
Mon regard fila sur les runes inscrites dans la roche. Sur mes lèvres, un petit sourire narquois naquit.
Je me demandais vaguement s'il était possible de modifier une Rune alors que cette dernière est encore en état de marche ?


- Dans ce cas-là quand on ne sait pas, la règle est simple, gloussai-je en m'approchant d'une Rune entourée d'une aura de fraîcheur. On essaye car qui ne tente rien n'a rien !

Le froid me mordit les phalanges lorsque j'en approchais le bout des doigts. Heureusement que je ne les laissais pas traîner trop longtemps devant !
Deux petits slashs parallèles tracés avec minutie, en creusant la pierre via la magie, et le tour était joué !
Je ne commis pas la bêtise d'alimenter plus que nécessaire la Rune déjà existante, car le fait qu'elle ait tenu aussi longtemps jusqu'ici en disait suffisamment long sur sa durée de vie. Sans doute que le Maître avait fait en sorte que cette dernière puisse s'auto-réguler et basculer en mode « économique » au gré des circonstances.
Ha ! cela ne m'étonnerait même pas.
Bref. Accroupie devant la Rune, les bras autour des genoux, j'attendis moins de deux secondes avant d'en sentir les nouveaux effets ! Et je ne fus pas déçu puisque mon expérience portait ses fruits : de la chaleur émanait de la pierre - celle du Feu Primordial. Qui plus est cette dernière était stable. Sans doute que le fait qu'il était à l'origine question d'une Rune Isa - utilisée pour contrebalancer Ferhu, je vous le rappelle ! - n'était pas étranger à pareil résultat.
Je pus me chauffer les mains en toute quiétude, un peu comme si je me tenais devant un radiateur.


- Voilà qui est beaucoup mieux!~

Je pouvais faire une croix sur l'un des petits challenges que je m'étais implicitement lancée au cours de mon existence : Travestir une Rune => Check !
Je me tournai vers les autres Runes et, le doigt imprégné de magie, fis de même avec elles.
Par contre, je me vis contrainte d'en épargner une petite poignée. Histoire de ne pas transformer l'endroit en fournaise à force de générer trop de chaleur, vous comprenez ?

Suite à la réussite de cette joyeuse petite opération que j'avais baptisée « Journée d'été chez le Maître », je repris en toute sérénité et dans un environnement plus favorable le traçage de la Rune Berkano. A en croire le Maître, je disposais d'une certaine affinité avec cette dernière. J'en avais aussi déduis que le fait d'avoir affronté une Hamadryade et d'en avoir fait l'une de mes grandes amies n'y étaient pas pour rien dans son constat.
Alors pourquoi ne pas en profiter pour lui demander conseil ? Ça revenait au même puisque je comptais au final réussir à tracer et à faire fonctionner ladite Rune toute seule !
Mais avant d'y parvenir, un petit peu d'aide n'était pas de refus, bien au contraire.
Je ne reculais devant rien pour gagner du temps.


- ...Maintenant il faut que je me souvienne de ce qu'elle m'a dit au sujet de notre lien télépathique, murmurai-je, un brin soucieuse quant à la méthode à employer.

L'espace d'une poignée de secondes, je me plongeai dans le Cœur de pierre. Mot pour mot, les paroles d'Yggdrasia me revinrent en tête :
« […]La graine que je t'ai accidentellement implantée dans la main fait office d'émetteur-récepteur. Elle nous lie et fait presque de nous des sœurs. En te concentrant sur moi, en reproduisant pleinement mon image dans ton esprit, un lien spirituel se créée pour que nous puissions établir une communication durable, peu importe à quelle distance nous nous trouvons l'une de l'autre. »
A la suite de cela, nous avions convenu d'un accord. Cet accord s'était soldé par un rituel entre dryades, durant lequel mes pouvoir relatifs à cette espèce magique furent placés sous entrave.
Comme preuve matérielle, un tatouage constitué de ronces rouges et d'une unique feuille verte était apparu sur ma main depuis.
Quelque chose me disait que si je ne trouvais pas le moyen de rompre ce sceau, jamais je ne parviendrai à utiliser les pouvoirs de la Rune Berkano comme l'avait prévu le Maître.
En fait... j'avais l'obligation morale de contacter Yggdrasia pour qu'elle puisse arranger tout ça !
Je levai les yeux sur la plante noircie qu'avait fait pousser le Maître avant de me laisser seule - et de brûler mes vêtements, oui !
...Non, non ! Je ne suis absolument pas vexée par ces broutilles. Pas-Du-Tout !
Bref. Je m'installai face au végétal, puis j'approchai ma main tatouée de mes lèvres pour murmurer d'une voix suave, le visage d'Yggdrasia en tête :


- Ouuh ! Il fait si chaud par ici que j'ai dû me dévêtir. Et je manque clairement de compagnie ! Ça, c'est rudement dommage. Si seulement une certaine copine daignait bien venir à ma rencontre pour que l'on puisse toutes les deux...

Je m'interrompis, laissant libre cours à l'esprit cochon de notre chère Hamadryade pour imaginer une suite chimérique à cette histoire.
Sous mes yeux amusés, Yggdrasia se servit de la seule plante présente dans les parages pour faire son apparition. Le végétal me donna l'air de convulser avant d'adopter des courbes féminines, puis de s'encombrer d'une robe d'un vert attrayant et d'une coiffe de la même couleur que le gazon. Une couronne de fleurs poussa dans les cheveux de la nouvelle arrivante, et son teint de peau passa du noir au blanc très légèrement rosi.
Une fois son transfert accompli, l'Hamadryade se réceptionna au sol, ouvrant ses grands yeux verts, et se redressa de toute sa hauteur.


- J'en suis ! déclara-t-elle, une main levée très haut. Tu disais que nous allions... ?

Les mains sur les genoux, je lui répondis très sobrement et avec bonhomie :

- ...Discuter, continuai-je.

Elle cligna des yeux comme si elle n'avait pas compris le message. Puis je vis son regard s'égarer, se poser là où celui des hommes a souvent tendance à traîner...
Encore heureux qu'elle avait gardé sa langue dans sa bouche au lieu de la passer sur ses lèvres !
Je levai un doigt à son attention - et pour l'attirer dessus, non pas ailleurs.


- J'ai besoin de ton aide, Yggdrasia, avouai-je.

La concernée croisa les bras sur sa poitrine et fit la moue.

- Ha ! Oui ! C'est ça, râla-t-elle. Pour le boulot, je présume ! Et non pas pour que je te tienne compagnie. En fait, tout ce qui t'intéresse, ce sont mes pouvoirs. Humpf ! ...J'suis pas d'accord.

Je penchai légèrement la tête de côté, guère offusquée par son caprice. Oui, je tenais à bien le lui montrer. Raison pour laquelle je laissai un blanc sonore s'étendre avant de demander tout simplement :

- Vraiment ? C'est ce que tu crois ?

- Parfaitement ! répliqua la miss.

- Je me rappelle pourtant avoir demandé la venue d'une copine. Et cette même copine est venue à moi sans trop de cérémonie. Ce qui me paraît normal jusqu'ici ! Par contre, ce qui m'inquiète un chouïa, c'est sa réaction. Pour être honnête... ça m'attriste.

Et là, passage de la joie à la peine apparente. BLAM ! Nouveau portrait : celui d'une Ryanne déconfite. Yggdrasia eut un léger mouvement de recul. Elle finit par se délier les bras, ses sourcils courbés d’inquiétude.
Je la tenais~


- Mais... c'est parce qu-

Il n'était pas question de la laisser continuer. Dans ces conditions, il faut charger, ne surtout pas laisser le temps de réfléchir à son interlocutrice !
Je l'interrompis en douceur, avec toujours cette expression peinée sur mon visage :


- Moi qui pensais qu'on s'entendait à merveille toutes les deux ! fis-je en me penchant en arrière, une main plaquée contre mon front. Moi qui pensais qu'on pourrait dialoguer tranquillement toutes les deux, ici, chez mon Maître ! Moi qui avais même préparé le terrain, dessinant quelques Runes un peu partout pour créer une ambiance d'été propice à ta floraison. Je suis...Bouleversée !

- M-Mais il ne faut pas ! intervint-elle en levant les mains. J'ai... Je me suis méprise. Désolée ! Ne m'en veux pas, s'il te plaît ! Tu es... euh... très jolie dans cette tenue. Et ça m'a perturbée... Pardon.

Et hop-là !
Maintenant ne restait plus qu'à lui pardonner avant d'en venir aux faits.
Je m'étais redressée pour me retrouver à sa hauteur. Elle ne me lorgnait plus de la même manière : son regard croisait le mien et pas autre chose.


- Ne t'en fais pas, Yggdrasia, lui assurai-je. Il en faut plus pour mettre à mal notre amitié ! L'important, c'est que tu reconnaisses tes torts et que je reconnaisse aussi les miens. Toujours est-il que là, je me suis exprimée avec mon cœur~

Et une Hamadryade gênée, une !
N'avez-vous donc jamais ressenti cette sensation de victoire, cette euphorie grandissante et ce sentiment de bien-être profond ? Moi si~
Je repris la parole en lui exposant le dos de ma main tatouée.


- Peux-tu me défaire ce que nous avons mis en place la dernière fois ? Je tiens à approfondir l'Art Magique des Dryades tout en bénéficiant de tes lumières.

Elle loucha sur ma main et se pinça les lèvres du bout des doigts.

- Déjà ? ...C'est un chemin sans retour possible. Je ne me sens pas capable de reproduire le même dessin si jamais tu en viens à changer d'avis. Et je m'en voudrais si jamais ça ne te convient pas. La dernière fois, j'ai cru comprendre que ça perturbait ta maîtrise du Ki...

Forcément ! J'avais un peu l'air indécise à changer de chemise aussi rapidement : ma requête et l'existence de mon tatouage dataient seulement de la veille. Si j'avais su que le Maître exigeait de moi que j'apprenne à maîtriser la Rune Berkano, symbole du bouleau, jamais je n'aurais demandé à Yggdrasia de donner du sien pour sceller les pouvoirs de la graine qu'elle m'avait implantée.
Je lui répondis d'un air déterminé :


- Je ne reviendrai pas sur ma décision ; ce pouvoir, j'y tiens et j'en ai besoin. Mais plus que de tes services je vais avoir besoin de tes conseils le moment venu, c'est-à-dire après qu'on ait toutes les deux annulé le rituel précédent.

- Si c'est ce que tu veux... je serais ravie de t'aider !

- C'est ce que je veux !

- On commence quand ?

- Tout de suite !

Je tendis la main avec un sourire, qu'elle me rendit en tendant la sienne.

_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeJeu Déc 20, 2018 11:26 pm


VI – Un apprentissage sur le fil !

Le rituel s'était déroulé sans que l'on rencontre le moindre souci. L'étrange tatouage sur le dos de ma main avait complètement disparu. L'apprentissage des Runes allait pouvoir reprendre, mais je tenais avant toute chose à m'enquérir de quelque chose d'important à mes yeux.

- Écarte-toi, je te prie, demandai-je à ma chère camarade. Petites mesures de sécurité, vois-tu ? Le Ki instable, ça ne pardonne généralement pas.

Yggdrasia hocha la tête et conserva ses distances. Je remarquai que ce « Rituel retour » ne l'avait pas autant fatiguée que le premier, destiné à entraver mes pouvoirs au bénéfice de l'utilisation normale de mon Ki, qui avait eu lieu dans la forêt.
De mon côté, je n'avais pas du tout l'impression d'avoir une graine incrustée dans ma chair, ladite main ne me démangeant point. Sans doute que le granule de magie s'était complètement dissous ?
Les lèvres pincées, debout au milieu des Runes de chaleur et de froid, j'observai ma main sous tous les angles possibles, la tournant et la retournant.
Yggdrasia me lança un regard interrogateur. Je l'apercevais entre mes doigts écartés.
Elle avait l'air de s'impatienter.


- Je m'y mets, je m'y mets!~

Je tendis devant moi, bras plié, la paume de ma main vers le ciel. Le Ki invoqué apparut d'abord sous la forme d'une petite étincelle mauve... puis jaillit en un rayon de la même couleur, déchirant les cieux et faisant trembler la terre sous mes pieds !
Euh... Wouawh ? C'était pas vraiment prévu.


- AAAAAH ! C'est la fin du monde !! s'écria l'Hamadryade, les mains sur la tête, le regard passant du laser géant au sol qui se fissurait. Coupe le courant, tout de suite ! Mais coupe !!

Passablement surprise, je pris sur moi, inspirant un bon coup, puis fermai le poing au moment où le flux de Ki s'était interrompu.
Le calme revint aussitôt sur la plaine rocheuse.
Je me passai un revers de main sur le front.


- Ouf ! ça a bien failli tourner à la catastrophe ! m’exclamai-je, une main derrière la tête et une goutte de sueur sur la tempe.

Yggdrasia avait l'air sidérée par mes propos.
Scandalisée, elle me présenta le sol fissuré des deux mains.


- « Failli », tu as dit ? « Failli » ? Mais regarde ce que tu as fait au sol ! Il s'en est fallu d'un cheveu pour que la montagne s'écroule. Un cheveu ! Insista-t-elle en me montrant cette fois-ci un tout petit espace entre son pouce et son index.

- ...N'est-ce pas ce que je viens de dire ?

- Eh bien, je te trouve plutôt joyeuse pour quelqu'un qui a presque ravagé les lieux ! Ce n'est pas ta montagne à ce que je sache. Son propriétaire ne va pas être content, me sermonna t-elle, son regard filant de gauche à droite et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il s'arrête sur moi, plus affirmé. Tends la main !

Cela ressemblait fort à un ordre, même si le niveau de décibels avait quelque peu diminué.
Je arquai un sourcil.


- Et pourquoi donc ?

- Parce que t'es un véritable danger ambulant ! Je veux qu'on refasse le Rituel.

- Tu sais bien que ce n'est plus possible, lui répondis-je en toute connaissance de cause. C'est toi même qui me l'a dit, en plus.

Je la vis changer de couleur. C'est sans doute ce qu'on appelle « blêmir » chez les Hamadryades.
Sur ses traits d’ordinaire chaleureux, un effroi à vous glacer le sang était translucide !


- Qu'est-ce qu'on va faire... ?

Certainement pas m'interdire d'utiliser le Ki.
Je levai de nouveau la main. Yggdrasia perçut le geste et, mue par la panique, se jeta sur moi pour m'en empêcher !


- Ah, non ! Tu ne vas pas recommencer !

- Non, mais... hé ! rétorquai-je en la repoussant du plat de la main. Oh que si que je vais recommencer ! Laisse-moi juste le temps d-

Elle s'agrippa à mon poignet ! Je sentais ses petit seins, heureusement couverts par le tissu végétal de sa robe, se presser contre moi.
C'était doux et moelleux... Pardon ! Je crois que je m'égare.
Revenons-en plutôt aux chamailleries.


- Le temps de rien du tout ! me coupa l'insurgée. Arrête, je te dis ! Baisse cette main ! Baisse...cette..gnn... Main... Wouaaps ! *BLOM*

J'avais cessé de lui opposer résistance si soudainement que ses mains avaient glissé le long de mon avant-bras et que, déséquilibrée par la surprise, ses délicates petites fesses s'étaient écrasées par terre.

- Il faut que je le fasse et je le ferai ! lui assurai-je, plus déterminée et têtue qu'elle pouvait l'être. Il s'agît de mon Ki, alors j'en fais ce que je veux ! Et je ne t'ai pas invoquée pour que tu m'enquiquines.

Je lui tirai la langue avant de lui tourner le dos. Pas besoin d'avoir un visuel de cette dernière. Ce serait plus déstabilisant qu'autre chose, étant donné la vue plongeante que je risquais d'avoir sur le décolleté de sa robe que je jugeais déjà bien trop mince.

- Maintenant, on lève la main et on inspire. Doucement. Sereinement~

Un sifflement m'interpella. Grâce à l'Aperception, je parviens à me tourner à demi en direction dudit son. La liane lancée par Yggdrasia s'enroula autour de mon poignet. Ses sourcils verts étaient froncés, lui octroyant un air guère conciliant.
Je ramenai ma main en arrière pour contrecarrer la traction en sens inverse qu'exerçait dessus la fille des bois. Ce n'était ni plus ni plus qu'un duel de force.


- Non ! rugit-elle. Je ne te laisserai pas faire... Si cette montagne vient à s'écrouler à cause de tes pouvoirs, la végétation autour risque de mourir aussi, étouffée sous des tonnes de gravats !

Un soupir m'échappa.

- Tu ne me fais pas confiance, Yggdrasia ?

- Tu m'as montré un épisode de la fin du monde, je te signale !

Elle tirait encore, ses pieds nus glissant sur la roche fissurée.

- J'en attendais mieux venant d'une « amie ».

La remarque fut cinglante, j'en avais bien conscience ! Yggdrasia eut comme un hoquet, au cours duquel elle ne sut quoi dire, les lèvres figées par le choc. La tension qu'elle exerçait sur la liane faiblit l'espace d'un instant, lui donnant un peu de mou.
J'eus un sourire malin.


- Ne m'en veux pas, camarade~

En utilisant la magie ambiante crachée en continu par les Runes en activité, la Télékinésie Zélodienne que j'avais apprise auprès d'Elwen me permit de réduire à néant les appuis de l'Hamadryade. Soulevée du sol, ses pieds brassaient l'air. L'intéressée, perturbée par mon sort, avait les yeux rivés sur eux.

- Q-Qu'est-ce que tu fais ?!

- Rien qu'un petit tour de passe-passe ! Je t’invite à venir voir ça de plus près...

D'une pensée bien menée, je dénouai le lien végétal qu'elle m'avait accroché au poignet. La seconde me permit d'attirer Yggdrasia contre moi. Je refermai un bras sur elle pour l'empêcher d'invoquer de nouvelles lianes avec ses mains.

- Te voilà aux premières loges ! souris-je en lui présentant, juste sous le nez, la paume de main libre.

- T-tu vas nous détruire ! se débattit l'Hamadryade qui, pour une fois, refusait d'être aussi proche d'autrui.

Elle ne se doutait de rien, la pauvre. Mon petit côté pervers m'imposait de lui faire cette farce.

- On inspire. Doucement . Sereinement...

Yggdrasia, crispée de tout son être comme un chien sur le point de se faire renverser par une voiture, ferma les yeux, les paupières plissées au maximum !
Mon tympan gauche morfla.


- NOOOOOOOOOOOO[...]ooooo... Hein ?

Interloquée, elle ouvrit enfin les yeux - un œil puis l'autre. Le chatoiement de mon Ki l'hypnotisait. Une douce lueur mauve éclairait son visage dont les traits s'étaient détendus. La peur d'être anéantie avait quitté son enveloppe de petite princesse des bois.
Pour ne pas me laisser distraire par notre proximité, je la libérai de mon étreinte et reculai d'un bon pas. L'étincelle de Ki brillant dans la paume de ma main s'éteignit aussitôt.


- Ce n'était qu'une question de calibrage, déclarai-je. Je pense que tout est rentré dans l'ordre.

- J'ai eu la peur de ma vie...

Je gloussai suite à cette remarque soufflée à voix basse.
Force était de constater que le fait d'avoir entraver les pouvoirs de la graine de l'Hamadryade pendant un certain laps de temps m'ont été bénéfiques. A partir de là, acquérir de nouveau mon parfait contrôle du Ki n'était plus qu'une question de logique : c'était comme si vous aviez réinitialisé - bien malgré vos intentions premières - les commandes d'une manette. Quand tout s'inverse, il vous suffit de vous accommoder à tous ces désagréables changements...
En définitif, les pouvoirs que m'avait conférée Yggdrasia ne souffraient pas d'incompatibilité avec mes autres talents. Un constat des plus réconfortants !
Je tapotai gentiment le dos de ma collègue.


- Tu t'en remettras, va ! lui assurai-je. Et tu apprendras à me faire davantage confiance aussi, tiens. En tout cas, t'es toute mignonne quand la peur te gagne!~

Ses joues se mirent à rosir. Ses yeux d'émeraude évitaient de croiser les miens ; ils vagabondaient sur le sol, synonyme d'une éclosion de timidité. Elle avait aussi les mains jointes dans le dos, posture qui agrémentait son portait de jeune pousse.

- C'est vrai ? ...Tu le penses vraiment ? s'enquit-elle en papillonnant des yeux.

...Elle cherchait à m'émouvoir. Vile opportuniste !
Je détournai le regard à mon tour.


- Bien ! Maintenant que tout est rentré dans l'ordre, il est plus que temps de nous remettre au travail.

- Toutes ces émotions, ça m'a vannée ! geignit l'Hamadryade en s'asseyant par terre. Tu ne veux pas plutôt qu'on se repose un peu ? Elle se tapota les cuisses, un sourire de circonstances suspendu à ses lèvres : je suis prête à te servir d’oreiller en cas de besoin~

Je me plaquai une main sur le visage.
Irrécupérable, la miss !
Un index levé à son intention, je repris plus fermement :


- Le temps m'est compté, voyons ! Alors prends sur toi et lèves-toi. J'ai absolument besoin que tu m'abreuves de conseils au sujet de l'utilisation de tes pouvoirs. Sans eux, je ne parviendrai jamais à mes fins.

Non sans soupirer d’agacement, elle se redressa et s'étira.
Et c'est à ce moment-là que je me rendis compte que quelque chose n'allait pas. Je coulai un regard aux alentours pour remarquer que la brume était revenue, plus épaisse que de coutume depuis que j'avais fait couler quantité de mon sang sur le sceau en forme de papillon. Quant aux Runes dessinées un peu partout, elles s'étaient mises à clignoter d'une bien étrange façon. A l'aide de ma vision sensible aux fréquences de la magie, je compris qu'une perturbation d'origine ésotérique avait commencé à se manifester.
S'agissait-il d'un phénomène climatique saisonnier propre à ces monts ?
Je dus mettre mon optimisme légendaire de côté pour supposer que non, la nature en elle-même n'avait rien à voir là-dedans.


- ...Je n'aime pas trop quand tu fais cette tête-là, intervint une Yggdrasia suspicieuse.

Elle avait l'air de s'être rendu compte de rien - mis à part ce changement dans mon attitude, bien sûr.
Je tournai la tête et lui dis, dans l'optique de la rassurer :


- Ne t'en fais pas. J'ai simplement l'intime conviction que nous allons avoir à faire à quelque chose de pas commun sous peu...

A en croire l'inquiétude peinte sur son visage d'ange, c'était rappé !
Un grondement en provenance du sol interrompit notre conversation. La terre se mit à trembler au moment où des formes spectrales commencèrent à se constituer à partir de la brume renaissante. Un visage tordu de douleur frôla Yggdrasia, qui bondit de côté en poussant un cri !


- AAAH ! Qu'est-ce que c'était que ça ?!

- Le début des problèmes, répondis-je en posant par réflexe ma main sur le fourreau de mon épée que le Maître m'avait confisquée.

Les horreurs fantomatiques défilaient autour de nous, émettant des plaintes à la fois terribles et horripilantes. J'en frissonnais ! Cette sinistre assemblée évoluait en spirale et je m’apprêtais à les atomiser quand... la rotation de ceux que je suspectais être les fausses-âmes envoyées par un Malvon revanchard cessa.

- Yggdrasia ! l'appelai-je. Ne t'éloigne pas. Mieux : plaçons-nous dos à dos. Et toute de suite !

Ayant conscience de l’urgence de la situation, elle se plia vivement à mes consignes. Nous étions encerclées, et cette formation de combat ne pouvait que nous aider à éviter les mauvaises surprises.

- ...Libérez... moi !

Une voix spectrale à vous glacer les sangs ! Inutile de chercher à définir sa provenance.
Je faisais confiance à Yggdrasia pour qu'elle ne sombre pas totalement dans la panique.


- Qu'est-ce qui se passe ? Qui a parlé ?!

- L'un de mes lointains ancêtres. Ou du moins l'un de ses nombreux vecteurs.

- Pardon ?!

- Reste concentrée, lui ordonnai-je. L'accueil risque d'être salé.

Tous les résidus d'émotions néfastes contrôlés ou invoqués par feu Malvon convergèrent subitement vers les Runes ! Ces dernières cessèrent de clignoter au bout d'une seconde, puis se remirent en marche avec une intensité quasi-aveuglante. Des golems émergèrent alors de terre, enfantés par le parasitage des spectres à l'encontre des symboles magiques. La roche corrompue craquela quand les nouvelles entités magiques se dressèrent tout autour de nous.
Les pantins de pierre étaient dotés d'un seul œil où pulsait une lumière soit rouge soit bleu, ce en fonction du type de la Rune qui lui était associée. Des volutes fraîches, couleur cyan, se dégageaient de l'impressionnante constitution des golems « Isa » tandis qu'une chaleur ardente s'échappait de celles des sous-fifres affublés de la Rune « Ferhu ».
Mais comment diable la magie corrompue de Malvon avait-elle pu filtrer à travers le sceau du temple ?! Je n'avais pas de réponse à cette question.
Les élémentaires rugirent de concert, leur gueule grande ouverte et les bras rejetés en arrière !
Je me plongeai immédiatement dans le Cœur de pierre.


- Surveille mes arrières et je surveillerai les tiens, dis-je à ma coéquipière.

- B-bien reçu !

La situation n'était pas à son avantage : les températures extrêmes ne favorisaient pas l'épanouissement des plantes. Nous étions donc dans l'obligation de combattre côte-à-côte, de veiller continuellement l'une sur l'autre.

- C'est l'heure de combattre en tandem !

- Je vais faire de mon mieux.

Pour assurer notre survie, il valait mieux !
Les golems nous chargèrent comme des tanks, produisant des secousses rien qu'en foulant le sol. J'attrapai Yggdrasia par la taille pour nous envoler en sécurité, à quelques mètres du sol mais pas trop : la brume risquait de nous porter préjudice en nuisant à notre visibilité.
Un golem leva sa grosse tête rocailleuse et cracha une gerbe de flammes au moment où je baissais les yeux. Yggdrasia réagit au quart de tour, transformant l'un de ses bras en un énorme écu en forme de feuille ! Je me hâtai de lui prêter assistance avec le Praesidium, que j'appliquai directement sur son bouclier. La protection alvéolée couplée à la largueur de son support nous permit d'échapper à la chaleur des flammes du Feu Primordial, mais une autre attaque de ce genre en plus concentrée pourrait nous réduire en cendres à tout moment ! Si jamais ces pantins recourraient à l'Expiration...
L'Hamadryade restaura son avant-bras métamorphosé.


- Mes graines ne germeront jamais dans ces choses ! se plaignit-t-elle.

C'était on ne peut plus vrai, malheureusement.
Ça et aussi le fait qu'Yggdrasia ne disposait d'aucun végétal à portée de main. Ses pouvoirs seuls ne lui suffiront pas pour vaincre ses ennemis.
En revanche, en ce qui me concerne...


- Il faut que je parvienne à atteindre les Runes. C'est leur noyau, lui expliquai-je. Sans lui, la créature liée disparaîtra.

Un golem « Isa » nous gratifia d'une projection de tessons de glace. Je fis un écart, toujours dans les airs, quittant la trajectoire mortelle d'une centaine de débris acérés.
Très vite, d'autres joyeusetés de ce genre fusèrent - boules de feu, javelots de glace et consort !
Le ciel n'étant plus synonyme de refuge, je retombai prestement au sol, laissant tous les assauts se perdre dans la haute brume. Yggdrasia et moi nous retrouvâmes à face au groupe d'élémentaires.


- Je serai le fer de lance, lui dis-je avant de lancer l'assaut.

Ce n'était pas négociable.
Yggdrasia m'aiderait comme elle pourrait.
Un élémentaire de feu primordial poussa un rugissement en me voyant arriver. Il devança ses camarades colossaux et leva son énorme bras au-dessus de sa tête. On aurait dit une masse d'armes recouverte d'une huile embrasée ! Je l'évitai d'un bond sur le côté, puis réitérai mon saut en hauteur quand le bras racla bruyamment la terre dans ma direction. La chaleur du Feu Primordial dont était issue la bête me roussit la plante des pieds - n'oubliez pas dans quel tenue je me trouvais.


- Discĭdĭum !

En suspension dans l'air, je frappai l'élémentaire du tranchant de la main. Pas directement, cela dit : un slash de Ki pourpre fendit l'air entre nous et sectionna l'arme brachiale juste en-dessous de l'épaule ! Le feu qui en émanait perdit de son ardeur.
 Le golem délesté de son membre et d'une partie de son poids fut momentanément déséquilibré. Il vacilla de côté et je récidivai d'un coup droit de la même main ! Mon attaque le « décapita ».
J'atterris aux pieds du titan au moins deux fois plus grand que moi même sans sa tête.
Je balançai mon autre poing en arrière, tout en l'entourant d'un Praesidium sous forme de gantelet de combat.


- Salue tes collègues de ma part. YAAH !

Le smash retentit dans toute la plaine aride ! J'avais frappé l'élémentaire en plein poitrail, là où la Rune brillait toujours. Il fut projeté en arrière et explosa en morceaux de roche incandescente au contact d'un de ses paires du même type.
Ce dernier, guère plus gêné que ça, frappait des poings l'un contre l'autre et me fixait de son œil unique. Ses énormes pieds cylindriques recouverts d'aspérités passèrent stoïquement sur les restes de feu son congénère.


- Un bien bel exemple de camaraderie, commentai-je alors que les silhouettes monstrueuses s'approchaient de moi.

Un craquement retentit en provenance de mon champ de vision périphérique.
C'était Yggdrasia qui s'était servie du bras que j'avais préalablement coupé comme d'une massue ! Elle le contrôlait en utilisant tout un assortiment de lianes reliées à ses poings. La créature de glace qu'elle venait de frapper ferma l’œil et secoua vigoureusement la tête. Une fêlure lui barrait la caboche mais l'arme qu'avait brandi Yggdrasia était tombé en poussières.
Je saluai sa tentative d'un bref hochement de tête, puis reportai mon attention sur les serviteurs corrompus de Malvon.
Ma Télékinésie ne les affecterait pas. Idem pour le Taiyoken ou le Gratia. La Rune Berkano pourrait éventuellement me servir face aux entités affublées du symbole « Isa », mais guère à l'encontre du type opposé.
Il fallait donc que j'en termine avec les élémentaires de feu, plus robustes et plus enquiquinants que leurs confrères glacés.
Un poing de pierre vola dans ma direction ! Je le fis voler en éclats au même titre que mon gantelet de magie lorsque l'opposition entre les deux eut lieu. Le choc me repoussa légèrement en arrière et mes pieds nus crissèrent sur la roche, tapie par cette monotone couche de brume. Deux golems me faisaient face, dont l'un qui avait perdu son bras droit ! Le manchot leva le seul poing qui lui restait, mais Yggdrasia frappa pour la seconde fois avec des robustes lianes qu'elle avait eu le temps de tresser pour une meilleure fiabilité. L'extrémité collante de ses liens percuta le bras dressé, qui fut dévié de côté quand l'Hamadryade tira de toutes ses forces ! Du coup, le premier colosse pénétra « malencontreusement » dans l'espace vital du second sur le point de me marteler. La bousculade qui s'ensuivit retarda leur offensive, tout en bouchant la vue à nos autres ennemis qui se trouvaient entassés juste derrière eux.


- Tu assures !

Un Satelles lancé à bout portant et mes deux ennemis furent éparpillés en petits morceaux.
Deux de moins, donc. Mais il en restait encore une bonne poignée !
Je me tournai vers Yggdrasia.


- J'ai une idée ! lui hurlai-je. Fais-moi plaisir en préparant la liane la plus longue et la plus épaisse que tu puisses créer dans ces conditions. Une fois que ce sera fait, crie mon nom !

- Entendu ! acquiesça l'Hamadryade. Ce n'est pas comme si je comptais profiter de la vue, après tout~

...Vile voyeuse !
Je repartis à l'assaut, fonçant en rase-mottes sur un groupuscule d'élémentaires. L'un d'entre-eux entreprit de me piétiner. Il abattit son pied bien trop tard, car je m'étais déjà faufilée dans son dos.
Je me projetai en arrière après lui avoir décoché un Satelles entre les vertèbres ! L'explosion résultante eut tout de suite raison de son noyau runique. Entre-temps, un autre pantin de pierre ardente reçut mon pied - recouvert du Praesidium sous la forme d'une botte - en pleine poitrine. L'impact fut tel qu'il le renversa en arrière. Un jet de flammes jaillit de sa bouche grande ouverte, illuminant la brume au-dessus de nos têtes.
Un peu plus et c'était moi qui grillait !
Mais le golem devait maintenant se redresser. Je levai une main pour lui porter le coup de grâce quand l'Aperception m'alerta d'un danger imminent - ceci sous la forme d'un puissant sifflement. J'exécutai un petit saut en arrière. Un rayon incandescent fila sous mon nez, fendant la terre en deux à deux centimètres à peine de mes pieds. Il provenait d'un golem « Berkano » posté à quelques pas de son collègue que je venais de jeter à terre.
Sous son œil de feu, sa gueule fumait encore.


- Non, non ! Ça manque cruellement de précision...

Je fondis sur lui avant même qu'il ne puisse refermer ses mâchoires.
Ce fut d'ailleurs mon poing chargé de Ki qui lui permit de les joindre. J'y avais mis tant de force que les pieds de l'élémentaire avaient presque quitté terre au moment du choc ! Le Praesidium focalisé dont j'avais fait usage vola en éclats, mais je m'étais déjà placée dans l'axe que je convoitais en vue de ma prochaine attaque.
La paume grande ouverte et appliquée contre la roche ardente du golem, je repris d'une voix monotone :


- ...mais l'important, c'est surtout l'anticipation. Un peu comme ceci ! Exĭlĭum !

Le rayon violet, accompagné sur toute son impressionnante longueur de symboles énergétiques d'un rouge sinistre, traversa le suppôt de Malvon et détona sur mon précédent adversaire qui ne s'était pas encore tout à fait redressé. Aussi la trajectoire légèrement courbée de mon tir incluait les deux noyaux runiques, les réduisant à néant d'une traite !
Quand les élémentaires défaits s'effondrèrent sous leur propre poids, passant d'une forme plus ou moins humanoïde à un vulgaire tas de débris, les golems « Isa » m'avaient déjà ciblée.


- Ho-oh.

Ils ne crachèrent aucun glaçon, non. C'était bien pire que ça : je leur avais donné suffisamment de temps pour incanter un sortilège de groupe. Une couche de givre naquit à la surface de ma peau, me frigorifiant sur place ! Heureusement que le froid commençait à me mordre en bas plutôt qu'en haut, car j'eus tout juste le temps d'inscrire une Rune Ferhu à hauteur de ma poitrine. Le Cœur de pierre m'accorda également ses bienfaits, car sans lui mon traçage aurait été très mauvais avec une main tremblante.
Ce qui aurait dû être un gribouillis me sauva donc la mise !
Le givre grimpant m'avait complètement recouverte, mais le Feu Primordial en dévora littéralement les maux. Je ressentis une bouffée de chaleur assez intense pour réveiller un mort ! Tout autour de moi, la gangue de glace fragilisée céda sous la pression.
Je me libérai juste à temps pour contrer des deux mains un coup destiné à mes briser tous les os du corps !
Le choc me fit grimacer, mais le froid du golem « Isa » que je venais de bloquer ne m'affectait guère. Entre mes clavicule brillait le symbole du Feu Primordial ! J'avais l'impression que mon sang était entré en ébullition tant j'avais chauuuuuuuuuud !
Je dégageai l'une de mes mains affairées pour la porter juste au-dessus de ma poitrine.


- Nous allons toute de suite voir si ça va te plaire autant qu'à moi !

Bien évidement que non~
Les doigts entourés de magie, j'arrachai la Rune de mon torse pour l'écraser contre celle qui faisait la force du golem. Comme elles n'étaient pas infusées de la même quantité d'énergie magique, une explosion magistrale eut lieu ! Le souffle me décolla du sol, m'envoyant valser quelques mètres plus loin. Toutefois, je n'étais pas assez folle pour risquer pareille cascade sans bénéficier d'un minimum de protection. En l'occurrence, j'avais encore une fois invoqué le Praesidium. Peut-être un brin tardivement, certes, mais le gros des dégâts s'était répercuté sur ma barrière plutôt que sur moi.
Mes avants-bras étaient brûlés au second degré.
C'était pas beau à voir.


- Ça aurait pu être pire...

- Ryanne !

Ha ! A point nommé.
Yggdrasia en avait vraisemblablement terminé avec notre arme secrète. Elle avait enroulé la fameuse liane autour de son bras, à la manière d'un tuyau d'arrosage utilisé par les pompiers.
Je fonçai à sa rencontre, contournant les golems encore debout.
Comme je l'avais prévu, il ne restait plus aucune de ces créatures de type Ferhu.
Yggdrasia loucha sur mes avants-bras blessés mais s'abstint de tout commentaire.


- Tends-moi l'autre bout, lui dis-je sans préambule.

Ce qu'elle fit.

- Et maintenant ? Qu'est-ce qu'on fait ?

- On déroule ! Elle plissa les yeux, après quoi j'ajoutai : JE déroule. Ancre tes pieds au sol, ça risque de tirer un peu~ Lorsque je te le dirais, tu lâcheras tout.

Elle prit racine - pour de vrai ! - au moment où je me projetai vers nos ennemis, le bout de la grosse liane serré dans ma main droite. Le golem sur lequel je m'étais précipitée m'envoya une salve de tessons de glace, que j'esquivais habilement en suivant une trajectoire en angle droit.

- C'est maintenant que tout va se jouer !

J'invoquai le Praesidium pour la énième de cette journée mouvementée, à la différence près que la protection alvéolée ne s'appliquait pas qu'à moi : elle s'étendait bien au-delà, à savoir jusque dans mon sillage et sans disparaître !
Je l'avais façonnée en décrivant plusieurs cercles autour de nos ennemis de pierre. Ceux-là essayaient de me suivre du regard, mais j'allais bien trop vite pour eux et leurs pieds n'avaient pas été étudiés pour qu'ils puissent pivoter rapidement. La liane fabriquée par Yggdrasia était par la même enroulée autour de mon sortilège, qui pour le coup faisait plutôt office de prison.
Je ne me faisais pas d'illusion quant à sa durée de vie. J'avais d'autres projets pour elle.
L'imagination peut faire d'un simple bouclier une arme parfaitement redoutable !
Une fois l'interminable cordon bien ficelé, je m'arrêtai pour tracer prestement - et proprement, surtout ! - une Rune Ferhu à son extrémité.
A l'intérieur de la prison alvéolée, les Golems essayaient de me canarder de leurs tessons acérés. Le  Feu Primordial aurait pu avoir raison du Praesidium mais certainement pas des attaques de ce type, bien trop disséminées et fragmentées pour représenter un réel danger.
Bref ! J'avais allumé la mèche, et cette dernière adhérait à ma prison comme un élastique à sa liasse. Je m'en éloignai, disparaissant du champ de vision des golems pour rejoindre Yggdrasia.
Quand ce fut fait, l'extrémité de la liane qu'elle tenait commençait tout juste à rougeoyer.
Le spectacle qui avait lieu dans mon dos l'hypnotisait.


- Tu peux lâcher, Yggdrasia.

Pas de réponse.
Je coulai un regard par-dessus mon épaule. Le Praesidium en mur que j'avais créé fondait à vue d’œil ! D’impressionnantes langues de flamme léchaient sa surface au point de la dévorer. A l’intérieur de la prison en voie de perdition, les golems, qui s'étaient amassés, subissaient le même sort.
Je reportai mon attention sur notre chère Hamadryade.


- Yggdrasia ?

Je claquai des doigts devant ses yeux.
Toujours pas de réponse.
C'était pas possible ! Elle avait le cœur qui battait la chamade à la vue du feu ou quoi ?!
La ligne de feu était en train de s'étendre dangereusement jusqu’à ses mains, suivant le trajet de la liane qu'elle maintenant fermement serrée entre ses mains.


- Bon. Si tu insistes...

Le tranchant de la main affectée par mon Disidium, je sectionnai l'appendice.
La pression sur le robuste lien en pleine cuisson disparut, et les murs du Praesidium s'effondrèrent comme des dominos ! Tout partit en fumée, y compris les golems.
Je m'aperçus du « hic » que comportait ce plan qu'au moment où la roche se mit s’affaisser sous nos pieds. Le Feu Primordial, incontrôlable, était en train de grignoter la montagne comme un vulgaire combustible.
Il ne faut jamais jouer avec le feu, et à plus forte raison quand il tient de la magie !
« Mais c'est un jeu pour enfant » disaient le anciens, en parlant des Runes.
...Ben voyons !


- Ouh ! ça s'annonce mal, déglutis-je en portant une main à mes lèvres.

- C'est moi ou bien... le sol est en train de prendre feu ?

- On dirait bien que le sol est en train de prendre feu, affirmai-je.

Elle se tourna vers moi et me saisit par les épaules.

- Alors qu'est-ce que tu fais plantée là à regarder la montagne flamber ?! me hurla-t-elle, plus horrifiée qu'autre chose.

J'aurais tout aussi bien pu lui adresser la même remarque mais cela ne nous aurait pas sorties de la galère. Je me mis fiévreusement à réfléchir pendant qu'elle était trop occupée à me secouer comme un prunier. Il me restait bien un as sur lequel tout miser, mais disposais-je seulement des moyens pour l'appliquer ? L’expérience, elle, me faisait cruellement défaut !
Il restait Berkano, la Rune de ceux qui n'abandonnent jamais. Celle dont on tire profit quand la situation est des plus périlleuses ! Ses vertus sont purificatrices.
Purificatrices...
Purificatrices !
A mon tour, je saisis Yggdrasia par les épaules et la regardai droit dans les yeux.


- J'ai la solution à notre problème !

- Vraiment ?! Dis-moi tout ! Qu'est-ce que je dois faire ?!

- Prends ma main et suis-moi !

Elle ne se fit pas attendre - ce qui ne m'étonnait pas d'elle.
Dans mon sillage, sa voix se fit toute petite :


- ...Un petit baiser avant que le feu nous emporte toutes les deux?

- Même pas en rêve ! répliquai-je. Reste concentrée. Nous sommes plus fortes que ces flammes !

Je revins à mes moutons.
Berkano, Rune de la purification et du nouveau commencement !
Je la traçai dans l'air avec le soin qu'on réserve aux œuvres d'art. Le Feu Primordial gagnait du terrain et nos pieds s'enfonçaient dans le sol comme dans une éponge. Ce n'était plus qu'une question de secondes avant que ça ne devienne quelque chose de sulfurique.


- Déverse toute ta magie là-dedans, dis-je à Yggdrasia. En associant tes pouvoirs aux miens, le Feu Primordial ne sera plus qu'un vilain souvenir !

- Tu crois vraiment que ça va marcher ? s'enquit-elle, sceptique.

- C'est en gardant l'espoir que NOUS y arriverons. Alors hâte-toi, nom de Dieu !

Elle tendit les mains et infusa la Rune de sa magie naturelle. Je fis de même et un intense flot de lumière en jaillit !
L'énergie qui s'en dégageait était difficilement contrôlable. Le concours d'Yggdrasia m'était dès lors indispensable.


- Nous allons répandre cette énergie tout autour du brasier, la prévins-je. Tiens-toi prête, car je sens que c'est notre seule chance de l'endiguer !

Elle acquiesça d'un hochement de tête.
Sous nos ordres conjuguées, telle une toile diaphane aux pouvoirs divins le voile de magie purificatrice recouvrit les flammes virulentes. L'étendre jusqu'aux limites du brasier fut bien plus facile que de le contenir ! Les efforts pour y parvenir nous coûtaient énormément d'énergie, si bien que je tapais déjà dans le fond de mes réserves. Celles d'Yggdrasia, encore à demi-pleines, représentaient un soutien de taille !
Mais le feu ne pouvait pas être éteint de cette manière.
Il dévorait toujours la terre au lieu de se gaver d'oxygène.
La magie se retournait contre nous.


- Je ne veux pas finir en cendres ! geignit Yggdrasia. ...Qu'est-ce qu'on peut faire ?!

- Jouer le tout pour le tout.

Elle me vit tracer une autre Rune et je crus bien qu'elle allait tomber dans les pommes.
C'était Ferhu, mais à l'envers.


- C'est ça ton idée ?! ...On est foutu.

Malgré ses dires, elle n'avait pas abandonné pour autant. Je superposai la Rune inversée sur Berkano toujours active. La lumière se fit tout de suite plus intense ! Puis je laissais libre cours à mon imagination. De base, Ferhu reposait sur l'Expiration, alors à quoi pouvait bien correspondre son opposé ?

- Inspiration.

Contre toute attente, je n'eus pas besoin de puiser dans mes toutes dernières forces pour rapatrier le Feu Primordial. Les Runes superposées en absorbèrent l'essence avec une facilité stupéfiante !
Yggdrasia n'en croyait pas ses yeux. Le torrent de flammes, délimité par notre toile de magie purificatrice, revenait à son état initial, réintégrant cette nouvelle Rune que j'avais créée en désespoir de cause.
Très vite, la luminosité ambiante baissa, ne laissant derrière elle qu'un cratère noir et carbonisé où avait brûlé quelques secondes plus tôt le plus terrible des feux jamais allumé. Quelques volutes grises s'évanouissaient dans l'air, virant tout doucement au blanc innocent. La brume s'était également désépaissit, rendant les lieux moins oppressants.


- On dirait bien que ça marché, soufflai-je, rassurée par la réussite de cette fastidieuse opération.

- Et... ça ? Qu'est-ce que tu comptes en faire ?

L'Hamadryade pointait du doigt mes Runes encore actives.
Je lui adressai un petit sourire amusé.
Il était temps de mettre un point final à cet entraînement.

_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -


Dernière édition par Ryanne Hilaris le Jeu Déc 20, 2018 11:54 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryanne Hilaris

Ryanne Hilaris


Féminin Messages : 518
Age : 27
Zénies : 8438 Zénnies !

Données du Personnage
Power Level: 20 425 052
Power Level en Kili: ??
Inventaire :

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitimeJeu Déc 20, 2018 11:50 pm

VII - Dernière mise en pratique.

On voyait presque le ciel à travers la mince nappe brumeuse qui nous barrait la vue. A en croire la position du soleil, j'étais dans les temps. Il ne me restait plus qu'une étape à franchir pour parvenir à mon but.... et récupérer de nouveaux vêtements. Dire que je m'étais battue contre des élémentaires en sous-vêtements et aux côtés d'une Hamadryade aussi encline à me faire des avances qu'à me jeter des œillades très éloquentes...
Remarque : cela avait été un bon exercice ; à l'avenir, pour me déconcentrer, il allait falloir y aller !
Mon attention bascula sur le duo de Runes qui inquiétait tant ma douce Sœur des Bois.


- ...Peux-tu les faire disparaître ?

- Je le pourrais, oui.

- « Mais » ?

- Mais je vais tout de suite en avoir l'usage.

Elle eut un mouvement de recul. Visiblement, mon sourire ne la rassurait guère.
C'était à se demander pourquoi ?


- Je ne répandrai pas mes flammes partout, lui dis-je. Mieux : je ne produirai pas la moindre étincelle. Fais-moi confiance, s'il te plaît ! La disparation de ces Runes représenterait un effroyable gâchis.

Yggdrasia fronça les sourcils et cala ses poings sur ses hanches. On aurait dit ma mère mais en plus jeune. Bon... en un peu moins joyeuse, certes. Notons tout de même qu'il y avait un petit air de famille dans son attitude !

- Pour moi, ce qui est « effroyable », c'est justement ce que tu es capable de faire avec ces maudits dessins !

- Un peu de respect, ma chère ! la coupai-je. Ces Runes sont un lègue perdu de mes lointains ancêtres. Le peu de mages encore en activité a oblitéré jusqu'à leur existence !

- Ce n'est peut-être pas plus mal. Tu imagines un peu ? Elle pointa du doigt ma Rune Ferhu inversée à défaut de pouvoir la nommer : Une flopée de magiciens capables de foutre le feu partout rien qu'en jouant les artistes ? Adieu, mes beaux espaces verts ; bonjour, le carnage !

Elle n'en démordait pas... et je devais bien admettre à contrecœur qu'elle avait raison sur ce point.
J'évacuais un soupir.


- Oui, oui. Je te comprends. En revanche, je ne te demande qu'une chose : que nous nous accordions une confiance parfaitement réciproque. C'est ce qui nous a permis de vaincre tout à l’heure, et ce qui me permettra de finaliser mon entraînement sur-le-champ.

Mes paroles avaient fait mouche. Pour se donner contenance, Yggdrasia croisa les bras sur sa poitrine et soutint mon regard. Cela ne dura pas, car de sa voix toute petite elle me dit :

- Bon... c'est d'accord. Mais je te surveille !

Puis elle s'installa par terre.
Le contraire m'aurait grandement étonné. Toujours est-il que, depuis sa position basse, elle ne me surveillait pas : elle me reluquait ! Nuance.
A chacun ses petits plaisirs. Sans doute qu'elle devait un peu s'ennuyer dans sa forêt et que ses hormones de dryade commençaient sérieusement à la travailler.
Je me tournai vers mes Runes sans rien dire de plus.
Ou presque.


- Commençons par récupérer ce que nous avons semé...

En y appliquant le bout de mon index, j'entrai en contact avec le duo de Runes. Un léger picotement m'avertit de la quantité phénoménale de magie qu'elles contenaient. Rien d'étonnant à cela : le Feu Primordial créchait dans ma Rune inversée tandis que la seconde - Berkano - l'aidait à maintenir la charge.
Je puisai un peu d'énergie dans le lot. Une lumière mauve irradia les environs et je sentis la magie affluer jusque dans mes veines ! Comme je l'avais promis à Yggdrasia, aucun feu ne naquit de ce délicieux prélèvement.


- Je me sens presque comme neuve !

- Tes avant-bras sont toujours brûlés, me fit-elle gentiment remarquer.

- D'où le « presque », précisai-je. Mais c'est bien vu ! Je t'accorde un demi-point.

- Qu'est-ce que je gagne avec ça ?

- Le droit de me laisser continuer~

- Grumpf ! Radine.

Elle tirait un peu la tronche mais la connaissant ça allait finir par lui passer. Le plaisir des yeux guérira ses peines.
Je roulai des yeux au ciel avant de reprendre là où je m'étais arrêtée.


- Débarrassons-nous de ces vilaines brûlures !

Il y en avait deux - une sur chaque bras. Je grimaçais rien qu'en les regardant.... Beurk !
Mais le pire était à venir avec le sortilège de sorcière dont j'allais tirer profit.
Je passai une main imprégnée de magie à la surface de ma vilaine plaie. « L'épreuve de la douleur » imposée par le Abstulit qui dedit me donnait l’horrible impression qu'une griffe enflammée s'amusait à me râper l'avant-bras ! Je serrai les dents pour ne pas crier, tout en conservant les yeux fermés. Un gémissement (de douleur, oui ! Pas autre chose, hein !) m'échappa. La souffrance me força à me courber, et je maintins cette position pendant quelques longues secondes.
Quand je rouvris les yeux, ma blessure au bras gauche s'était envolée, remplacée par une douce peau de bébé ! Un coup d’œil vers Yggdrasia me renseigna sur la raison de son silence.


- J'y crois pas...

Ses joues étaient rouges d'excitation. Mais le pire du pire, c'était l'extrémité de son pouce qu'elle était en train de mordiller dans l'espoir de soulager ce qui lui chatouiller le bas-ventre.

- Je souffre et toi tu prends ton pied rien qu'en m'observant... ? Quel dépit. Tu parles d'une sœur !

Elle baragouina quelque chose mais je n'en avais cure.
Je récidivai en recourant à l'usage de ce pouvoir curatif sur mon autre bras. La douleur fut la même, mais je m'y étais un peu plus préparée. Malgré tout, je ne pus m'empêcher d'expirer ma souffrance sous la forme d'un son étouffé. Il n'y avait absolument rien de sensuel là-dedans et pourtant...


- Awwwh~

Trop de dépit tue le dépit !
J'enfermai l'obscène petite plante humanoïde dans une gangue de magie à peine plus large que sa mince silhouette. Encore une dérivée de mon Praesidium, oui ! Les alvéoles qui le composaient et sa couleur mauve permettaient de reconnaître le sort utilisé.
Ainsi n'entendis-je plus ma bouleversante Sœur des Bois jouir de mon indescriptible souffrance !
J'en terminai immédiatement avec mes soins avant de passer enfin à la phase finale de mon entraînement. Après tout, je disposais déjà de tout le nécessaire à la création du Tisse-Rune, à savoir : une bonne réserve de magie, les Runes « Ferhu » et « Berkano » ainsi que mes connaissances en la matière.
De nouveau plongée dans le Cœur de pierre pour une concentration optimale, je me repassai mentalement la démonstration du Maître lui-même. Il avait d'abord « fusionné » les deux Runes entre-elles dans la paume de ses mains jointes, après quoi les symboles unis avaient pris la forme d'une étoffe de Tisse-Rune une fois qu'il les avait « démoulées ». Et ce petit morceau de magie avait la capacité de s'étendre comme le voile diaphane qu'Yggdrasia et moi avions créé. Ah ! A ne surtout pas omettre ses deux autres fonctions : le contrôle du poids de la tenue résultante avec en prime celui de sa consistance.
Avec tout ce que j'avais vu et vécu auprès du Maître, je ne manquais pas d'imagination à ce sujet !


- On y va !

Les doigts entourés d'une fine couche de magie, je m'emparai de mes deux Runes - une dans chaque main - et les fis se rencontrer. Le tout grésilla entre mes mains serrées ! Il y eut du mouvement, car ça se bousculait comme un enfant dans le ventre de sa mère. Mon "embryon" n'était pas encore au point, et je dus me concentrer pour remédier à cela, l'imagination étant ma meilleure arme à cette occasion !

- Condenses-toi... Ghnnn... Allez !

J'usai de tous mes sens dans l'espoir de conférer la forme - la plus précise possible - d'un petit carré de Tisse-Rune malléable à ma structure en voie de développement. Je m'imaginais tout un réseau de fibres microscopiques, ce au détail près ! Il fallait que ça soit parfait. Un travail irréprochable !
Et ça le fut - au moins d'apparence - lorsque j'écartais les mains en douceur pour contempler mon œuvre de magie runique. Le morceau de Tisse-Rune était semblable en tout point à celui que le Maître avait crée sous mes yeux ! Il lévitait et tournait sur lui-même, comme affecté par un magnétisme des plus mystiques - celui de mes doigts en l'occurrence.
Ce travail d'orfèvre me rendait fière au possible !
Je m'en frottais les mains - après tout, on parlait de ma nouvelle tenue~
Je coulai un regard en direction d'Yggdrasia, encore et toujours prisonnière de son Praesidium en forme de gangue. Elle tapait des poings contre la paroi alvéolée et remuait vainement les lèvres. C'était peine perdure parce que je n'entendais rien. Je pris tout de même la peine de lui exposer ma création sur laquelle elle posa brièvement son regard avant de revenir à moi, suppliante.
Il n'était pas question que je la libère tout de suite ! Elle risquait fort de me déconcentrer.
Je lui adressai un petit signe de la main avant de m'en détourner ni plus ni moi.
Cela lui apprendra à jouer les voyeuses !


- Passons maintenant à la conception de ma tenue.

Le mode de fabrication était le même, du coup je me fis fort d'imaginer en détail les plus infimes particularités de ma nouvelle tenue. Le Maître m'avait demandé de la mémoriser, et je ne m'étais pas fait prier pour le faire - quand bien même lui avais-je demandé pourquoi.
Tout comme lorsque je m'étais momentanément attribuée la puissance de la Rune Ferhu en l'appliquant entre mes clavicules, je recourus à la même méthode avec le petit carré de Tisse-Rune ! Ma création s'y fixa et, les yeux fermés, je fis travailler mon imagination le plus durement possible. Dans mon esprit comme dans la réalité, les fibres de l'élément runique s'étirèrent pour me recouvrir des pieds jusqu'au cou. Je sentis la matière s'étendre, s'alourdir, adopter une forme bien particulière par endroits, puis s'adapter à toutes les courbes de mon corps - hormis au niveau des bras, car il s'agissait de créer des manches amples. La tenue que m'avait confectionnée le Maître lors de sa démonstration refit son apparition !
Les broderies d'or s'étaient ajoutées à la noirceur du tissu, ainsi que les motifs en forme d’œils violets sur toute la longueur des manches. Les épaulières en cage revinrent, aussi solides que le Maître les avait imaginées, ainsi que le renfort de la même dureté au niveau du cou.
Je baissai les yeux sur mes jambes pour découvrir que la jupe cintrée était belle et bien là. Il en allait de même pour les ceintures violettes croisées autour de mes hanches, qui maintenaient mes jambières en place à mi-cuisses. Le tout se terminait par une paire de bottes montantes marrons, ouvertes à hauteur des genoux. Enfin j'avais pris la liberté de concevoir une fine paire de gants noirs assortis - l'idéal pour me protéger du Feu primordial, au cas où ce dernier aurait « envie » de ronger la chair de sa maîtresse.
J'examinai une dernière fois ma tenue avant... de hurler ma joie sous tous les toits ! Il n'y avait personne à déranger dans les environs, alors je pouvais m'en donner à cœur joie~

Ma folie passagère me ramena auprès d'Yggdrasia, qui avait vraisemblablement... jaunie dans sa prison. La bouche entrouverte et les yeux dans le vague, elle avait reposé son front contre la surface alvéolée. Depuis l'extérieur, je secouai la main devant son visage. Pas de réaction notable.
...C'était un tantinet inquiétant.
Je dissipai mon Praesidium d'un simple claquement de doigts. Molle comme une poupée de chiffon, ma Sœur de Bois chut dans mes bras.
C'était peinant de la voir ainsi !


- Yggdrasia ? Tu m'entends ? Ooohééééé ?

Apparemment, non.
Je me penchai sur elle pour m'enquérir de son rythme respiration.
Elle se réveilla en sursaut et me mordit l'oreille, ce qui m'arracha un cri !


- AOOOWH ! Mais t'es malade ?!

Je me frottai l'oreille, vexée par son audace.
Comme je l'avais relâchée, elle en profita pour se relever en trombe et me tirer la langue.


- Et toi alors ?! Tu m'as carrément enfermée ! J'étais comme un poisson rouge dans un bocal ! C'était même pire parce que je ne pouvais même pas me lever pour marcher !

- Hé ! Tu l'as bien cherché aussi, à prendre du plaisir alors que j'étais en train de souffrir !

Quelque chose me cingla les fesses et me fit sursauter. Je tournai la tête en me frottant le derrière. C'était une liane, et plus précisément une extension du doigt de celle que j'étais en train de disputer !
La sale petite...


- Je rêve où tu viens de me fesser ?!

- T'as bien failli m'étouffer dans cette fichue prison, sorcière !

- Oh ! arrête, je t'en prie ! La comédie, ça te connaît.

- Et c'est toi qui me disais de reconnaître mes torts ? s'insurgea-t-elle. Pfff ! Que de belles paroles. Fausse-sœur, va ! Que les Satyres t'emportent et te culbutent, langue de vipère !

- Quoi ?! Répète-moi ça, espèce de petite...

Elle fit volte-face et s'enfuit à toutes jambes, non sans me tirer la langue pour la seconde fois.

- ...Truande ! Reviens ici tout de suite ! On en a pas fini toutes les deux, c'est moi qui te le dis !

S'ensuivit une course poursuite à travers tout le domaine du Maître...
Maître que je ne revis pas de la journée d'ailleurs ! Allez savoir pourquoi ? En tout cas, il ne se trouvait pas sur la montagne au moment où nous étions en train de chahuter.


_________________
- Thème de Ryanne -

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Ryanne10
----------- Level : 20 425 052 ; ?? kilis --------------
- Attaque = 4 600 000 / Défense = 2 000 000 / Vitesse = 5 000 000 / Magie = 6 400 000 / Résistance magique = 2 425 052 -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Empty
MessageSujet: Re: Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]   Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un grand pouvoir impose de grandes responsabilités. [RP Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ∂ Sara
» Les 100 plus grandes entreprises haitiennes selon la DGI
» Les Grandes Citations
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Ball Reborn  :: Univers :: Terre :: Montagnes Rocheuses-